21/12/2008

Bruxelles lumière

Voir le site http://www.solstis.be.
Un extrait :

« Pendant les fêtes de fin d'année, la Région bruxelloise organise son premier festival lumière SolstiS. Trois artistes de renommée internationale, un Français, un Anglais et un Belge, animent un parcours magique le long de la Petite Ceinture, entre la Place Rogier et la Porte Louise. Dès la tombée de la nuit, visitez 6 installations artistiques, ludiques et originales ! »

Cela a été le prétexte d'une promenade par ce temps clément malgré les gouttelettes de pluie.
Quant aux mots utilisés plus haut « festival, magique, ludique », à chacun de se faire sa propre opinion.
On dit que marcher est bon pour la santé mais est-ce encore vrai lorsque le trafic automobile est intense ?
Pour les curieux, ce soi-disant festival dure jusqu'au 5 janvier.

Pendant ma promenade de la Petite Ceinture (Pentagone bruxellois), j'ai photographié d'autres lieux.

Place Rogier. Tour Dexia et entrée City 2 avec une publicité pour une exposition avec un renne sans peau !

241082411024111

Au carrefour de la rue Royale. Face au parc du botanique, le fameux sapin.

24112

Du côté droit du boulevard, la place des Barricades. Avec la statue d'André Vésale dont l'adresse surprend les allemands dans le film « Un Soir de Joie » relatif au faux Soir.
Le nom de la place a changé en flamand. « Plaats » n'est sans doute pas du bon néerlandais.

241172411424119

Du côté gauche du boulevard, on aperçoit la Maison Communale de la petite commune de Saint-Josse-ten-Noode.

24121

De la place Madou à la place du Trône, du côté gauche du boulevard, une « corde » de lumière verte et des arbres légèrement bleutés. Le bleu est à peine visible dans la réalité.
J'aime les nouveaux lampadaires de la rue de la Loi mais impossible de traduire mon impression en image.

241232412724125

Place du Trône et le roi Léopold II à cheval. Six cercles avec des taches rouges qui bougeottent. Je suis insensible à ce type d'art. Le bel immeuble jouxtant le parc du palais royal est illuminé à partir du sol. Il est peut-être occupé par Electrabel.

241302413124133

Porte de Namur. La soi-disante sculpture est bien visible sur photo mais la lumière était sans doute en panne.

24135 24136

L'avenue de la Toison d'Or est illuminée jusqu'à la place Louise.

24138

A gauche, le goulot de l'avenue Louise conduisant à la place Stéphanie où se dresse la sculpture qui a le plus impressionné les journalistes car c'est sa photo qu'on retrouve dans les journaux.

24142

Voir mes blogs bruxelles-photos, cartes virtuelles.

19/03/2008

Rue Potagère Saint-Josse-ten-Noode

D'après
Saint-Josse-ten-Noode, guides des communes de la Région bruxelloise,
Guides CFC-Editions, 2003, pages 2-3, 5.

Dans un acte de 1251,
passé entre le chapitre de Sainte-Gudule et le couvent de Coudenberg,
est mentionné un hameau de « Ten Nude »
au confluent de la Senne et du Maelbeek,
situé dans une vaste zone maraichère appelée le « Warmoesbroeck »
= Le marais aux herbes potagères*.

09477 09479a

Dans la rue Potagère, il y a plusieurs immeubles d'inspiration néo-Renaissance et la plupart ont été construits entre 1860 et 1900.

* Le nom de la rue a sans doute été choisi pour rappeler cette origine.

 

09478

Cliquez sur la photo pour l’agrandir.
Remarquons les personnages au-dessus du parking.

04/03/2008

Rue de l'Economie à Bruxelles-Ville

09466 09467

09465

La rue de l'Economie donne sur la place du Jeu de Balle.
Sur les deux bâtiments d'angle, des « plaques de rue » avec, à première vue, des noms différents en flamand.
Spaarzaamheidstraat = Zuinigheidstraat = économie.
Pourquoi deux traductions ? La première paraît être l'officielle.
(Je ne connaissais pas le deuxième mot. Donc recherche au dico !)
Dans les plans de Bruxelles, je ne trouve que la deuxième traduction !
La première correspond à une rue de Zaventem.
Est-ce pour cette raison que la traduction a été modifiée ?

Et pourquoi Rattestroet ? C'est-à-dire la « rue » des Rats ?
Du bruxellois. Sans doute l'ancien nom.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Après les plans, recherche dans le
Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, par Jean d'Osta. Edition Paul Legrain, 1986.

La rue de l'Economie, longue de 100m, monte
de la rue des Tanneurs jusqu'à la place du Jeu de Balle.

Au début du 18ème siècle, ce n'était encore qu'un chemin semi-rural,
bordé de quelques pauvres maisonnettes,
qui s'appelait rue des Rats Morts.
Il était un peu plus court que la rue actuelle.

Le 24 janvier 1806, le Conseil municipal a estimé que le nom de Rats Morts était peu convenable et il a choisi le nom de rue des Rats.

En 1858, le Conseil communal lui donna le nom de rue de l'Economie.
Mais les vieux autochtones l'ont encore appelée Rattestroet.

15/12/2007

Impasse des Cadeaux

07962-impasse-des-cadeaux 07963-impasse-des-cadeaux 07964-impasse-des-cadeaux

07965-impasses-de-bruxelles

Saison des cadeaux.
Visiteurs des Plaisirs d'hiver 2007, vous passerez sans doute par la rue du Marché aux Herbes, près de la gare Centrale et de la Grand-Place de Bruxelles.

Entre les numéros 6 et 8 s'ouvre l'impasse des Cadeaux, la bien-nommée en cette période, du moins pour ceux qui ont les moyens de faire des cadeaux.
Entre les numéros 12 et 14, l'impasse Saint-Nicolas.
Voir mon blog bruxelles-photos.

Pourquoi de tels noms ?
Aucune explication dans le Dictionnaire de Jean d'Osta.
Informations trouvées concernant ces deux impasses :

L'impasse des Cadeaux n'a jamais eu que deux maisons.
Cinq familles y étaient recensées en 1866 et en 1920.
Nom donné en 1851. Pas de nom officiel auparavant.
Maintenant elle n'est plus qu'un couloir qui mène à un café ancien.

L'impasse Saint-Nicolas n'était pas une impasse au 18ème siècle, car elle avait un prolongement coudée qui débouchait rue de la Fourche.
En 1866, l'impasse Saint-Nicolas possédaient cinq petites maisons.
En 1920, deux maisons abritant dix personnes.
Maintenant elle donne accès à un café et communique avec la galerie du Centre.

GPS cadeau pour Bruxelles

Intéressante la remarque trouvée dans le guide multimédia du journal Le Soir paru mardi 11 décembre par Philippe Desalle :

Un système GPS devra... ne pas oublier qu'une partie de la population belge parle français (si, si).
Certains systèmes ont en effet la fâcheuse manie de n'indiquer les noms des artères de Bruxelles que dans la langue de Vondel*.

Et cela, souvent, on s'en rend compte qu'après l'achat, lorsque, l'appareil fixé au tableau de bord, on cherche désespérément ce que pourrait être cette Haagwindenlaan**...

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

* Vondel= écrivain flamand.
De même que langue de Molière = le français. Personnellement j'utilise parfois « langue de Maurice Carême ».

** Haagwindenlaan = avenue des liserons.
LAAN = avenue.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

C'est pour le même motif que j'utilise rarement google map qui, par l'utilisation massive du flamand, n'est pas destiné aux francophones, bruxellois ou autres !