07/06/2009

Election et cuisine

26482 - Pour régional et européen. J'ai voté. Heureusement pas de file. Certains assesseurs papotaient à l'extérieur du bureau et j'ai cru qu'il y avait un problème. Pas d'appareil de lecture de cartes d'identité comme j'ai vu à la tv permettant d'éviter l'annotation dans la liste des électeurs.
Il paraît que c'est la dernière fois qu'on utilise ces ordinateurs. Ordinateurs dont je ne vois que la face avant. J'espère que l'écran des prochains sera plus grand pour un meilleur affichage des énormes listes.

Comme c'est le cas depuis quelques années, je ne vote plus pour mais contre. Avec l'âge j'ai compris qu'on ne vote pas pour des idées. Notre vote favorise d'abord les candidats placés en début de liste, candidats qui ne comptent pas siéger au parlement correspondant ou candidats que je n'apprécie pas (expression édulcorée). Autrement dit les reports à cause de désistements favorisent d'abord les candidats choisis par les partis, pas les candidats les mieux qualifiés pour exercer mais des candidats capables de se faire valoir dans leur parti et auprès des électeurs.

Je suis d'accord avec Bernard Padouan, chroniqueur culinaire dans le journal Le Soir, qui, au début de son billet de ce samedi 6 juin, écrit :

On l'a vu, pendant la campagne, ce que les politiques nous servent le plus souvent, ce sont de vieilles salades et des recettes un peu fades. Sans compter qu'au soir de dimanche, scrutin proportionnel et compromis obligent, tout le monde devra mettre de l'eau dans son vin. Rien de bien appétissant, donc.

15:25 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : elections |  Facebook |

23/12/2007

Un gouvernement pour combien de temps ?

lesoir-071223

Dans le carnet de samedi du journal Le Soir par Pierre Bouillon.

Dès que Verhofstadt III aura reçu la confiance du Parlement, il pourra se mettre au travail en disposant des pleins pouvoirs.
C'est un progrès par rapport à Verhofstadt II, bridé depuis mai (le Parlement est traditionnellement dissous 40 jours avant les élections, ce qui met d'office le gouvernement en affaires courantes).

Dimanche,
cela fera donc 236 jours
que le pays est privé d'un exécutif disposant de pleines prérogatives.

Mais qui ça trompe ?

Le vrai gouvernement est un faux.
Provisoire, il s'éteindra le 23 mars, quand Leterme I prendra le relais.

Mais Leterme I avec qui ? Pour quoi faire ? Tout reste à dire.

Sur le socio-économique comme sur l'institutionnel, la page est blanche.
Tout reste à faire.
Leterme I n'est encore qu'une idée, un plan (sur la comète, éventuellement, vu les difficultés).

La crise est finie ?
Non.
Le travail de formation continue, comme à l'été, comme à l'automne, comme à l'hiver.

C'est dire que ça chipote quand on entend le politique dire avoir réussi à
« arrêter-le-compteur-de-la-crise »,
cette pastille où la presse compte le nombre de jours sans nouveau gouvernement.
Stopper ça ?
Pas de raison.
Le compteur s'arrêtera le 23 mars 2008 quand le gouvernement provisoire aura été remplacé par un définitif.
286 jours après le scrutin
.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Depuis mai 2007, gouvernement en affaires courantes.
10 juin 2007 Elections.
Mai juin juillet août
septembre octobre novembre décembre.
Vendredi 21 décembre, Mr. Verhofstadt et ses 13 ministres ont prêté serment devant le roi Albert II.
Ce dimanche 23 décembre 2007, la Chambre a voté la confiance au nouveau gouvernement, 97 députés se sont prononcés pour, 46 contre, et un parlementaire s'est abstenu.

19:46 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, elections |  Facebook |

09/12/2007

Yves Leterme et radio milles collines

Décidemment Yves Leterme n'en rate pas une.
Le reportage de la RTBF (radio-télévision belge francophone), questions à la une, de mercredi a déplu à monsieur 800.000 voix. Celui-ci a alors comparé la télévision publique francophone à la radio des Mille Collines qui a appelé au génocide au Rwanda !

Que dire alors des politiciens et des journalistes flamands ?

Ce qui se passe depuis plusieurs mois démontre à suffisance que le nombre de voix aux élections n'apporte aucune valeur ajoutée à un candidat qui est censé rassembler et diriger une équipe. (C'est évidemment aussi valable en Wallonie qui a pris ce critère pour désigner le bourgmestre).

Le nombre de voix devrait être une simple indication concernant la popularité d'un candidat. Un beau parleur n'est pas d'office qualifié pour le travail qu'il souhaite exercer.

11:40 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : elections, belgique |  Facebook |

28/11/2007

Politique et mathématiques

Sans nouveau gouvernement depuis 171 jours.
C'est le 10 juin passé que nous avons voté.
Cinq mois sont passés !

Ce qui m'a fait sourire dans Le Soir de ce mercredi 28 novembre.

L'édito de Béatrice Delvaux, rédactrice en chef.
Extrait (mis en couleur !).

L'orange bleue est le «  X³+Y³=Z³ » de la politique.
Et Leterme est à la politique ce que
Pierre de Fermat est aux mathématiques :
le père d'une équation insoluble
.

La Belgique n'a pas cependant de temps à consacrer au petit jeu d'Yves Leterme et de ses alliés du CD&V.

Qu'ils mettent cartes sur table, cessent de faire semblant
et admettent que pour résoudre l'équation
«  CD&V+NV-A = destruction de l'Etat fédéral »,
il faut sortir de l'Orange bleue.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Pour ceux qui s'intéressent aux références mathématiques dans un autre contexte, lire le texte de Hollynx dans hollynx-en-vrac : un musicien aux idées carrées.

12:12 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elections, belgique |  Facebook |

19/11/2007

Sourire grâce à Marie-Claire Houard

Sans nouveau gouvernement depuis 162 jours.
C'est le 10 juin passé que nous avons voté.
Cinq mois sont passés !

Ce qui m'a fait sourire dans Le Soir de ce lundi 19 novembre.

lesoir-20071119-marie-claire-houard

Marie-Claire Houard est à l'origine d'une pétition et de la manifestation noire-jaune-rouge de dimanche dans les rues de Bruxelles. Un journaliste lituanien lui demande de résumer le mal belge.

« Les hommes politiques sont très doués pour compliquer les choses simples »

21:11 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, elections |  Facebook |