31/03/2007

Aviation et peinture murale à Evere.

e05-00082ae06-00082be07-00083

A l’angle de la chaussée de Haecht et de l’avenue Louis Piérard, une peinture murale d’un ancien avion, un hangar et le  nombre 75.
Est-ce un 75ème anniversaire ? De quoi ?
Un panneau publicitaire gâche la vue et peut-être des explications.

Est-ce en rapport avec l’ancien aérodrome d’Evere ?

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Dans Evere, le guide des communes de la Région bruxelloise, CFC-Editions, 2006, pages 23 et suivants :

Entre 1915 et l’après-seconde guerre mondiale, le territoire d’Evere partagea avec celui de la limitrophe Haren l’accueil de l’aéroport de Bruxelles.
Les débuts de l’aviation, dès les années 1900, virent se développer différentes plaines d’aviation autour de la capitale belge : Etterbeek, Berchem-Sainte-Agathe, Evere.

En juin 1915, pendant l’occupation, l’état-major allemand décida d’y installer des Zeppelins destinés à bombarder Londres. Une entreprise de Berlin édifia un gigantesque hangar d’une dimension de 180 m de long, 22 m de haut et 34 m de large, et les premiers bombardements furent lancés depuis Evere sur la capitale britannique. Les Anglais réussirent à détruire rapidement le hangar.

Après le conflit, le transport aérien civil se développa.
Dès 1919, une première liaison fut inaugurée entre Bruxelles et Paris.
En plus de l’armée et de la compagnie SABENA (aujourd’hui disparue), Evere-Haren accueillait le siège de deux clubs d’aviation : le Brussels Flying et le Club national d’Aviation fondés en 1928.
On comptabilisait, en 1935, 70 avions en maintenance continue sur le site et près de 150 mouvements journaliers.
Les entreprises de construction aéronautiques se massèrent à proximité des pistes.

Alfred Renard (1895-1988), né à Liège, suivit des études d’ingénieur à l’Université Libre de Bruxelles.
En 1925, il fonda à Evere sa propre entreprise qui produisit des moteurs et de nombreux appareils civils et militaires dont le R-35, premier avion au monde à cabine pressurisée, qui s’écrasa lors de son premier vol.
Plus d’infos sur :
http://aerostories.free.fr/appareils/renard/index.html
http://users.skynet.be/mda.hdv/vtb_memorial/renard/index.html (indique naissance à Anderlecht, Bruxelles et études primaire et secondaire à Saint-Gilles)
VTB = vieilles tiges belges, comme Salut vieille branche entre jeunes pilotes.
Association créée en 1937.
http://www.fnar.be/html/R35/R-35.htm
Fonds National Alfred Renard.

Avenue Louis Piérard à Evere

Avenue Louis Piérard à Evere.
Qui était Louis Piérard ?

http://www.arllfb.be/organisation/index.html
ARLLFB = Académie Royale de Langue et de Littérature Française de Belgique.
Rue Ducale 1, à Bruxelles-Ville pentagone.

L'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique a été fondée en 1920, sur proposition et à l'initiative du ministre des Sciences et des Arts de l'époque, Jules Destrée. Un Arrêté royal, paru le 19 août de cette même année, et signé par le roi Albert Ier, en définit les statuts et le fonctionnement, qui sont assez différents de ceux de son modèle, l'Académie Française.

D'abord par le fait que dès l'origine, les femmes y ont accès : Anna de Noailles fut l'une des premières à y prendre place.

Source :
http://www.arllfb.be/composition/membres/pierard.html
Membre belge littéraire du 13 mars 1948 au 3 novembre 1951, Fauteuil 20.

e08-louis-pierard-arllfb-be

Biographie :

Louis Piérard naît le 6 février 1886, dans le Hainaut, à Frameries, au sein d'une famille modeste.
Aîné de quatre enfants, fils d'un artisan, il grandit parmi les mineurs du Borinage.
Dès 1902, il crée l'Université populaire de Frameries. Il y accueillera des personnalités du monde artistique et littéraire : Montald, Destrée ou Verhaeren.
A partir de vingt ans, Louis Pierard collabore à de nombreux journaux et périodiques, publie des vers.
Passé à La Meuse, il s'installe à Bruxelles et collabore au Soir.
Pour lui, l'art revêt une signification sociale : il doit aider à promouvoir l'éducation du peuple.
Piérard collabore aussi à des publications étrangères.

La première guerre le voit revêtir l'uniforme du combattant.
Journaliste, il donne des articles à la presse anglaise.
La paix revenue, il réintègre la rédaction du Soir.
En 1919, il est élu député de Mons dans la mouvance socialiste.
À deux reprises, il défendra fermement la proposition de loi visant à instituer un Fonds national de la littérature.

Son œuvre personnelle est riche d'une cinquantaine de volumes, elle est avant tout celle d'un reporter et d'un critique. Dans plusieurs livres, parmi lesquels La Belgique sous les armes, sous la botte, en exil, Piérard évoque les événements de la grande guerre.
Le critique d'art s'intéresse à La peinture belge contemporaine, quatre ans après avoir été le premier auteur à écrire un ouvrage sur Vincent Van Gogh (1924), souvent considéré comme une référence.

Piérard voyage beaucoup. On le retrouve comme reporter aux États-Unis, en Argentine, en Tchécoslovaquie, au Mexique, en Afrique du Nord, en Asie mineure. Ses souvenirs feront l'objet de plusieurs volumes.

Malgré de multiples occupations (par exemple sa nomination de bourgmestre de Bougnies, en 1932, poste qu'il occupera jusqu'à sa mort), Piérard ne cesse d'écrire et de militer.

Pendant la seconde guerre mondiale, il se retire dans le Midi de la France.

Rentré au pays, il publie une Histoire de la Belgique, dans la collection « Que sais-je ? », en 1948.
En dépit d'un état de santé défaillant, Piérard tient à assister à un hommage à Colette, à Paris. C'est là qu'il meurt le 3 novembre 1951. Il avait été élu à l'Académie royale de langue et de littérature françaises le 13 mars 1948.

Louis Pierard et l’Angleterre pendant la première guerre mondiale, cliquez sur
http://www.1914-1918.be/insolite_village_tamise.php

http://www.servicedulivre.be/fiches/p/piersonpierard.htm
Sa fille Marianne Pierson-Piérard, romancière, nouvelliste...

30/03/2007

Pepermans et Desmeth à Evere

e03-00105e04-00110

Deux rues qui se rejoignent à la chaussée de Haecht.
La rue Frans Pepermans et un immeuble de style sortant de l’ordinaire.
La rue Jean-Baptiste Desmeth, avec une peinture murale, qui conduit à la maison communale d’Evere.
Qui étaient Frans Pepermans et Jean-Baptiste Desmeth ?

Rue Henri Van Nerom à Evere

e01-00101e02-00103

Pourquoi ai-je photographié cette rue d’Evere ?
C’est la « plaque » et la date inscrite qui m’ont poussé à les photographier.
Qui était Henri Van Nerom ?
Dans la liste des bourgmestres d’Evere : Jean-Baptiste Van Nerom 1852-1872.
Un lien ?

29/03/2007

Exposition au Palais de Justice

f01-00666f02-00664

f03-00638f04-00637

Exposition de photographies au Palais de Justice de Bruxelles, place Poelaert.
Titre : L’Enfer me ment.
Prononciation : l’enfermement !
Sujet : situation pénitentiaire en Belgique, conditions de détention et de réinsertion des personnes emprisonnées.
Dernier jour demain le 30 de 9h à 17h. Entrée gratuite.

Le Palais de Justice a été construit sous le règne de Léopold II.
Architecte : Poelaert.
Conséquence : destruction d’une partie du quartier des Marolles et expulsion d’une partie de la population.
Le mot « architecte » est devenu une insulte dans la bouche du bruxellois.
Actuellement depuis quelques années, le quartier des Marolles se transforme en quartier des antiquaires. Autre population.

f05-00644f06-00645f07-00646

Sortir du Palais de Justice,
tourner à gauche et monter les escaliers.
Vue "étroite" sur la place Poelaert et la rue Royale.

f08-00655f09-00663f10-00662

Palais de Justice de Bruxelles :
Style classique gréco-romain.
Statues au pied de l’escalier monumental :
Démosthène (homme politique et orateur athénien, 384-322 av. J-C)
et Lycurgue (législateur mythique de Sparte, vers 9ème siècle av. J-C)
par le sculpteur Pierre-Armand Cattier (1830-1892).
A l’intérieur, salle des Pas-Perdus : 48m x 22 m.
Coupole à près de 100 m du sol.
Tables et bancs pour les avocats et leurs clients.
Il y a même un kiosque à journaux.

Voir autres billets: 07-07-2003, 01-03-2004 , 14-05-2004, 20-05-2004, 21-11-2004.