23/12/2007

Un gouvernement pour combien de temps ?

lesoir-071223

Dans le carnet de samedi du journal Le Soir par Pierre Bouillon.

Dès que Verhofstadt III aura reçu la confiance du Parlement, il pourra se mettre au travail en disposant des pleins pouvoirs.
C'est un progrès par rapport à Verhofstadt II, bridé depuis mai (le Parlement est traditionnellement dissous 40 jours avant les élections, ce qui met d'office le gouvernement en affaires courantes).

Dimanche,
cela fera donc 236 jours
que le pays est privé d'un exécutif disposant de pleines prérogatives.

Mais qui ça trompe ?

Le vrai gouvernement est un faux.
Provisoire, il s'éteindra le 23 mars, quand Leterme I prendra le relais.

Mais Leterme I avec qui ? Pour quoi faire ? Tout reste à dire.

Sur le socio-économique comme sur l'institutionnel, la page est blanche.
Tout reste à faire.
Leterme I n'est encore qu'une idée, un plan (sur la comète, éventuellement, vu les difficultés).

La crise est finie ?
Non.
Le travail de formation continue, comme à l'été, comme à l'automne, comme à l'hiver.

C'est dire que ça chipote quand on entend le politique dire avoir réussi à
« arrêter-le-compteur-de-la-crise »,
cette pastille où la presse compte le nombre de jours sans nouveau gouvernement.
Stopper ça ?
Pas de raison.
Le compteur s'arrêtera le 23 mars 2008 quand le gouvernement provisoire aura été remplacé par un définitif.
286 jours après le scrutin
.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Depuis mai 2007, gouvernement en affaires courantes.
10 juin 2007 Elections.
Mai juin juillet août
septembre octobre novembre décembre.
Vendredi 21 décembre, Mr. Verhofstadt et ses 13 ministres ont prêté serment devant le roi Albert II.
Ce dimanche 23 décembre 2007, la Chambre a voté la confiance au nouveau gouvernement, 97 députés se sont prononcés pour, 46 contre, et un parlementaire s'est abstenu.

19:46 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, elections |  Facebook |

21/12/2007

Du blanc au parc Josaphat

08326-parc-josaphat-en-noir-et-blanc

Une partie du parc en blanc.
Malgré la température inférieure à zéro,
des amoureux se promènent.
Des oies et des canards marchent sur la glace.
Il y a même des stalactites!
Les statues de Cendrillon et de Borée sont absentes.
En rénovation ?

08257 parc Josaphat 08277 parc Josaphat 08287 parc Josaphat

08302 parc Josaphat 08316 parc Josaphat 08326 parc Josaphat

En projet, la promenade au parc Josaphat en image sur le blog bruxelles-zigzag la semaine prochaine.

Du blanc sur Bruxelles

08227a-rue-de-boeck-evere 08227b-rue-de-boeck-evere 08228a-rue-de-boeck-evere

08228b-rue-de-boeck-evere

08231-rue-de-boeck-evere 08234-rue-de-boeck-evere 08237-rue-de-boeck-evere

Air pollué mais quelques beaux endroits de blanc vêtu.
Du blanc en raison de l'altitude ? De l'exposition au soleil ?
Une rue en blanc et un peu plus loin, rien de visible !

Quelques vues aujourd'hui à midi du voisinage du chemin de fer depuis la rue de Boeck qui le surplombe à Evere près du magasin Carrefour (ancien GB).

14:09 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evere |  Facebook |

15/12/2007

Impasse des Cadeaux

07962-impasse-des-cadeaux 07963-impasse-des-cadeaux 07964-impasse-des-cadeaux

07965-impasses-de-bruxelles

Saison des cadeaux.
Visiteurs des Plaisirs d'hiver 2007, vous passerez sans doute par la rue du Marché aux Herbes, près de la gare Centrale et de la Grand-Place de Bruxelles.

Entre les numéros 6 et 8 s'ouvre l'impasse des Cadeaux, la bien-nommée en cette période, du moins pour ceux qui ont les moyens de faire des cadeaux.
Entre les numéros 12 et 14, l'impasse Saint-Nicolas.
Voir mon blog bruxelles-photos.

Pourquoi de tels noms ?
Aucune explication dans le Dictionnaire de Jean d'Osta.
Informations trouvées concernant ces deux impasses :

L'impasse des Cadeaux n'a jamais eu que deux maisons.
Cinq familles y étaient recensées en 1866 et en 1920.
Nom donné en 1851. Pas de nom officiel auparavant.
Maintenant elle n'est plus qu'un couloir qui mène à un café ancien.

L'impasse Saint-Nicolas n'était pas une impasse au 18ème siècle, car elle avait un prolongement coudée qui débouchait rue de la Fourche.
En 1866, l'impasse Saint-Nicolas possédaient cinq petites maisons.
En 1920, deux maisons abritant dix personnes.
Maintenant elle donne accès à un café et communique avec la galerie du Centre.

GPS cadeau pour Bruxelles

Intéressante la remarque trouvée dans le guide multimédia du journal Le Soir paru mardi 11 décembre par Philippe Desalle :

Un système GPS devra... ne pas oublier qu'une partie de la population belge parle français (si, si).
Certains systèmes ont en effet la fâcheuse manie de n'indiquer les noms des artères de Bruxelles que dans la langue de Vondel*.

Et cela, souvent, on s'en rend compte qu'après l'achat, lorsque, l'appareil fixé au tableau de bord, on cherche désespérément ce que pourrait être cette Haagwindenlaan**...

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

* Vondel= écrivain flamand.
De même que langue de Molière = le français. Personnellement j'utilise parfois « langue de Maurice Carême ».

** Haagwindenlaan = avenue des liserons.
LAAN = avenue.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

C'est pour le même motif que j'utilise rarement google map qui, par l'utilisation massive du flamand, n'est pas destiné aux francophones, bruxellois ou autres !