13/04/2004

Paul Deschanel et une avenue à Bruxelles

Paul Deschanel.
Renseignements trouvés sur internet.

Photo de cliquer ici, MUSKLAKU www.diplomatie.gouv.fr
Biographies & Photographies des présidents de la République française depuis 1848.
(En mai 2007, site modifié et page introuvable)

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Voici un site consacré à la guerre 1914-1918.
cliquer ici, MUSKLAKU www.grande-guerre.org
Biographies par Eric Labayle.
Voici des extraits :

… S’il est des hommes qui ont joué leur réputation et leur passage à la postérité sur un seul événement, une anecdote ou un ragot, Paul Deschanel est bien de ceux-là. . . .

il a laissé le souvenir d’un fait unique, qui doit beaucoup plus à la rumeur populaire et aux médisances d’opposants politiques qu’à la stricte vérité historique. . .

Après l’Armistice, c’est sur sa personne que s’est faite l’union des opposants à Clemenceau. Le 18 janvier 1920, Deschanel était élu président de la République à la place du « Tigre » , dont il ruinait ainsi l’ultime ambition.

Très vite, le nouveau Président surprend par son style peu conventionnel. Il montre avec effusions son attachement au souvenir des anciens Poilus de la « Der des Ders ».

Le 23 mai 1920, le Président prend le train en gare de Lyon. Il doit se rendre à Montbrison pour l’inauguration d’un monument à la mémoire d’un sénateur mort à la guerre. Il est grippé et très fatigué. Peu avant minuit, il ouvre la fenêtre de son compartiment, bascule dans le vide et tombe sur la voie.

La rumeur s’est vite emparée de l’affaire.
Des chansonniers la mettent en musique, des ragots circulent, la vérité est amplifiée, déformée et contrefaite.

La chute qui, médicalement, serait la conséquence d’un syndrome «d’Elpenor», sert de prétexte à une véritable campagne de calomnie, à laquelle Georges Clemenceau ne reste pas étranger.

Très vite, un mot est lâché : la folie.
Dès lors les bruits les plus fous circulent : le Président aurait tenté de grimper à un arbre lors d’une promenade dans le parc du château de Rambouillet, en compagnie de deux députés.
En septembre 1920, il aurait été retrouvé pataugeant dans le bassin du parc de Rambouillet.
Il aurait reçu une délégation diplomatique entièrement nu, seulement vêtu de son écharpe de grand-croix de la Légion d’Honneur.
Il aurait signé des décrets du nom de Napoléon, etc., etc., etc.

Il serait vain d’essayer de démêler le vrai du faux dans tout cela.
Aucun témoignage tangible, aucune archive, ni aucune preuve digne de foi n’ont pu être retrouvés pour être mis au crédit de cette légende malveillante.
Mais il y a pire : un certain nombre d’historiens ou d’écrivains, la prenant pour argent comptant, l’ont «officialisée» dans leurs écrits. La cause est entendue depuis longtemps : Paul Deschanel est un fou. Point à la ligne.

Un téléfilm, intitulé « Le Président et la Garde-barrière » a été réalisé voici quelques années. Il traite (bien entendu) de la chute du 24 mai 1920. L’incident y est toutefois évoqué avec beaucoup plus de finesse et de nuances que dans la plupart des écrits sur la question. Le souci de vraisemblance historique l’emporte sur la légende, dans ce film plein de charme, de sensibilité et de nostalgie.

xxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Paul Deschanel
Intéressant de comparer
les choix des photos utilisés sur des sites officiels,
les textes,
la manière d’écrire le nom de Schaerbeek,
l’une des communes de la région de Bruxelles.
Et pourquoi n’y a-t-il pas d’accord sur l’année de naissance ?

cliquer ici, MUSKLAKU www.elysee.fr
Paul Deschanel
Né le 13 février 1855 à Schaerbeek-les-Bruxelles
(En mai 2007, site modifié et page introuvable)

cliquer ici, MUSKLAKU www.academie-francaise.fr    immortels
Paul DESCHANEL (1856-1922)
Élu en 1899 au fauteuil 19
Homme politique
Biographie
à Schaerbeck-lès-Bruxelles (Belgique),
le 13 février 1856, pendant l’exil de son père . .
(Photo à droite)

Pendant l’exil de son père ?

xxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Recherche de renseignement sur l'exil à Bruxelles d'Emile Deschanel, le père du futur Président français Paul Deschanel né à Schaerbeek.

cliquer ici, MUSKLAKU histoirespadoise
Photo d’Emile Deschanel et extrait.

Emile Deschanel (1819-1904), professeur et homme de lettres, auteur de nombreuses monographies (Racine, Pascal, Bossuet, Lamartine, Boileau, etc.).
Maître de Conférence à la Sorbonne.
Destitué en 1850 après la publication de « Catholicisme et socialisme ».

Emprisonné le 2 décembre et exilé à Bruxelles, où il enseignera l’éloquence et où il mettra à la mode, dès le 3 mars 1852, la «conférence» .

J’eus alors l’idée d’ouvrir à Bruxelles des conférences littéraires, y conviant les femmes aussi bien que les hommes, - chose qui ne s’était pas faite encore en ce pays; - elle réussit avec une rapidité merveilleuse.

Le clergé s’en émut, et même sans mesure; on dénonça en chaire ces Conférences maudites, qui, pour la première fois, faisaient entendre aux femmes la parole libre et laïque.

Les femmes n’avaient entendu jusqu’alors que la parole cléricale: on allait leur ouvrir les yeux, tout était perdu! On les menaça, au confessionnal, d’un refus d’absolution, si elles continuaient. Elles continuèrent. Et quelques-unes des pénitentes, impénitentes, vinrent en catimini me raconter la chose.

Je n’avais alors que trente ans et l’on venait se confesser à moi aussi volontiers qu’à un autre.

Grâce à cette guerre du clergé, le succès de mes Conférences ne fit que s’accroître.

Rien n’est utile comme les réclames qui tombent, sous forme d’anathèmes et d’injures, du haut des Chaires de vérité.

Ce qui excita aussi la curiosité du public bruxellois, c’est que la plupart des hommes éminents proscrits par le coup d’Etat du 2 décembre me faisaient l’honneur, par un gracieux sentiment de fraternité sur le terrain commun de l’exil, de suivre assidûment mes Conférences.

En tête, Victor Hugo, dont les applaudissements prodigués entraînaient l’auditoire.
Avec lui, ... presque tous anciens représentants du peuple, ou distingués à différents titres.
En un mot, un parterre de rois et de princes - de l’intelligence et de la pensée.
Alexandre Dumas s’y trouvait aussi, quoique ce ne fût pas la tempête politique qui l’eût poussé en Belgique avec nous.

J’avais encore dans mon auditoire d’autres célébrités, étrangères ou belges:
... MM. Quételet, Charles Rogier, Charles de Brouckère, Théodore Verhaegen, etc.

Un auditoire si varié et si brillant me stimulait.
Victor Hugo, bon homme pour ses amis autant que terrible à ses ennemis, me faisait des succès à propos des moindres mots avec un entrain charmant et touchant. Ah! quel bon chef de claque était pour moi ce grand et glorieux poète!
On venait pour le voir, lui et les autres, bien plus que pour m’entendre, et on venait en foule: on s’étouffait.
La longue salle du Cercle artistique et littéraire, qui, grâce à la bienveillance de son savant président, M. Quételet, me donnait l’hospitalité à la Galerie de la Reine, était trop étroite.
On la changea ensuite contre une plus grande, dans la Maison du Roi, en face de l’hôtel de ville de Bruxelles.

Dans une lettre qu’il adresse de Jersey à Emile Deschanel, le 11 décembre 1853, Victor Hugo se remémore ses mois d’exil à Bruxelles : les repas si joyeux qu’il a partagés à l’Aigle avec son correspondant. Et, surtout, les conférences de ce dernier :

Et votre Cours, comme le couronnement de tout!
Je vous revois au fond de cette grande salle, trop petite, assis à votre trône dans la lumière, doux, gracieux, modeste, applaudi, charmant, entouré d’une foule d’hommes dont les mains claquent et de femmes jolies dont le coeur bat.
Je me retourne vers ce passé-là comme vers la patrie.

En 1853, Deschanel participa à une fastueuse réception chez Alexandre Dumas.

L’exilé épousera une Belge en 1854,
et le 13 février 1855,
le couple, installé à Schaerbeek,
aura un enfant : Paul Deschanel,
éphémère président de la République,
du 18 février au 22 septembre 1920.

xxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Avec Paul Deschanel.

D’une avenue à Bruxelles,
on part en voyage sur les traces
d’un Président de la République Française, député, élu de l’Académie Française,
de la politique au temps du « tigre »
devenu célèbre chez les non-initiés
avec les téléfilms « Les brigades du tigre ».

Un saut au temps de l’exil des français à Bruxelles avec Victor Hugo,
des conférences littéraires aux Galeries Royales Saint-Hubert
et à la Maison du Roi à la Grand-Place,
Théodore Verhaegen fondateur de l’Université Libre de Bruxelles
et honoré par les étudiants en novembre avec le cortège de la Saint-V,
une petite description de ce que les hommes pensaient des femmes
et un retour à Bruxelles avec une fondation princière.

 

Lieux fréquentés par Emile Deschanel, père de Paul Deschanel.

Galeries Royales Maison du Roi

Galeries Saint-Hubert         Maison (dite) du Roi

 

Cliquez ici pour afficher tous les billets du jour concernant l'avenue Paul Deschanel à Bruxelles.

04/04/2004

Jour et nuit depuis un satellite

jour et nuit

jour et nuit

Le monde
4 avril 2004
Il est 2h du matin à Bruxelles
(heure d’été)
soit 0h UTC = temps universel coordonné.

Le monde
4 avril 2004
Il est 11h du matin à Bruxelles
(heure d’été)
soit 9h UTC = Universel Time Coordinated

23:58 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : divers |  Facebook |

03/04/2004

Sultana Kouhmane et les Rapts Parentaux

SOS Rapts Parentaux

Sultana Kouhmane
Extrait du journal Le Soir du 3 avril 2004, page 2.

1970
Naissance au sein d’un couple mixte belgo-marocain.
Mariée très jeune, elle voit dans le divorce
la seule manière d’échapper à l’emprise de son mari,
imam à Schaerbeek*, auteur d’un brûlot haineux contre l’Occident
et la liberté que notre société moderne réserve aux femmes
.

1995 (2 juillet)
Les 3 enfants de Mme Kouhmane sont enlevés par leur père vers le Maroc.
Sultana porte plainte auprès de son commissariat de quartier.
Le policier laisse pourrir sa déposition pendant 2 semaines dans un tiroir et n’entame aucune recherche.

Inimaginable ? A l’image de l’attitude fréquente de forces de l’ordre de premier contact.
Depuis, des enquêteurs se sont spécialisés,
mais seul le parquet de Bruxelles a pu mettre en place un magistrat spécifique
.

Medhi est revenu le 9 juillet 2003,
Soumaya, le 30 décembre avec un bébé et mariée illégalement à 14 ans.
Vendredi Sultana Kouhmane retrouve Sajida devenue une adolescente de 13 ans portant le foulard.

1995
Sultana Kouhmane fonde SOS Rapts Parentaux
.
Des milliers de familles seraient concernées en Belgique.
Les mères et les pères spoliés manifestent . . . lors de rencontres au sommet.
Histoire d’être un caillou dans les souliers des représentants diplomatiques, d’être leur mauvaise conscience. Par exemple quand ils signent de plantureux accords de coopération commerciale.
Progressivement, la question des rapts parentaux quitte le domaine très discret de la vie privée, du droit familial, des suites de divorce, pour se muer en phénomène de société.

* Schaerbeek = une des 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale.

21:58 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : divers |  Facebook |

01/04/2004

Vrai ou faux?

Aujourd'hui, premier avril 2004.
Vrai ou faux, ce courriel reçu ce matin?

Vrai
Anne-Marie est la responsable d’un club
et elle est partie au Vietnam.

Faux
Son programme étant tellement chargé
que même s’il y a une connexion à internet à l’hôtel
elle n’aura pas le temps de nous envoyer un message.

Vrai
Aylin remplace Anne-Marie pendant son absence.
C’est une jeune allemande qui travaille pendant
quelque mois comme bénévole dans le service social
dont dépend le club.

C’est moi qui ai ouvert la boîte à messages du club
et j’ai donc le code.
Aylin a lu la lettre ce jeudi après-midi.
Qu’il s’agisse des membres présents du club
ou de membres du personnel
comme Renée qui s’occupe du journal
de Vincent un assistant social
ils ont ri, ne se sont pas inquiété

« du moment que cela ne m’arrive pas »
« très gentil de penser à nous »

et …
y ont cru.
Et pourtant dans la lettre on peut lire :
« Il y a des gens qui croient n’importe quoi sans vérifier. »

J’avoue que je suis étonnée.
L’idée m’est venue en demandant mardi à Aylin
si elle avait prévu quelque chose pour le premier avril.

J’ai passé beaucoup de temps à rédiger cette lettre
et à réaliser les 3 gifs animés.
Trop de temps, mais je me suis bien amusée
et c’est pourquoi je pense que
je n’ai pas perdu mon temps
(clin d’oeil à tgtg).

Historiquement le premier avril était le premier jour
de la nouvelle année débutant au printemps,
alors je vous souhaite « Bonne Année ».

23:44 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : divers |  Facebook |

ici et là le premier avril

Ici . . . et . . . et encore là . . .

19:09 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : divers |  Facebook |