15/10/2009

L'exemple c'est nous

 

Dire MERCI -3sec-

 

Nos enfants sont ce que nous leur transmettons,
ils se développent en fonction de ce
qu'ils reçoivent de leurs parents
ainsi que de l'environnement social
dans lequel ils baignent.
Mais quel exemple leur donne-t-on ?

Une campagne est lancée sur
http://lexemplecestnous.org   http://campagne.yapaka.be/
initié par
http://www.yapaka.be/

exemple-bleu exemple-rose

 

Julie nous a proposé le 28 septembre 2009
de participer à la campagne.

Une affiche du site Yapaka
a été l'inspiration de mon montage.

 

Quel exemple donné sur le blog ?

L'exemple du merci.

L'exemple de la citation des sources :
Pour les images,
site de coloriage et site de vente de jouets

http://www.educol.net/
http://www.jeujouethique.com/

Je ne me contente pas de l'écrire...

 

 

Voir
http://toutsurles.skynetblogs.be/post/7322938/
Suite à l'article de Julie du 28 septembre 2009,
voici des extraits de commentaires.
Sujets de réflexion
.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

http://toutsurles.skynetblogs.be/post/7322938/#8733330
Par Geronimo        29-09-2009 @ 10:07:57
http://culte-de-la-nature.skynetblogs.be/

L'exemple ????

.... je lis ce message appelant à l'exemple, un peu présomptueux me semble t'il.
Un message, un jour, sur un blog a-t-il vraiment le pouvoir de changer quoique ce soit dans la tête d'un jeune ? Se donner bonne conscience ?

... le plus grand exemple doit venir des parents, au quotidien, et le problème est là, bon nombre de parents ne le donnent pas, ou ne savent donner cet exemple.
Il ne faut pas oublier une chose, l'adolescence est la pire des périodes, peu importe l'exemple reçu, bonne ou mauvaise, un enfant, pour un petit conflit, banal à l'origine, peut basculer du jour au lendemain vers le "côté obscur de la force", et là, c'est de psychologie fine qu'il faut user durant des mois pour arriver à "rectifier le tir".

Mon fils de 19 ans a failli mal tourner, il m'a fallut des mois de discussion pour arriver à le réorienter.

Et le problème est que si l'on y arrive pas, peu importe l'exemple des parents (ou d'un blog ; un message, un jour), que l'exemple soit bon ou non, il devient pour l'ado l'exemple à ne plus suivre.

C'est pour cela que je trouve cette idée présomptueuse.

......... de nombreux blog donnent (ou dénoncent) des exemples à suivre ou ne pas suivre, mais, bon, c'est vrai que souvent, ces blogs là énervent, ou dérangent de par leur insistance, et jamais de "Une" pour ceux là, comme quoi, l'éphémère, un post un jour, semble à tort présenter une solution facile.

Et je rejoins aussi les avis de ...., si tu veux montrer l'exemple, c'est au quotidien qu'il faut le faire, la télé et les jeux violents démontent facilement le bon exemple, et tous les problèmes de sociétés ne seront jamais réglés par ce genre d'initiative.

Si l'on veut dénoncer le mauvais exemple, c'est une croisade qu'il faut mener, au niveau familial, au niveau politique, et peut-être sur le net à condition d'en faire le sujet principal.
Le plus gros problème de nos jours, c'est la politique de "l'Enfant Roi", on pardonne tout et trop vite, et lorsque cela dérape, il y a trop souvent démission des parents.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

http://toutsurles.skynetblogs.be/post/7322938/#8733424
Par Francine         29-09-2009 @ 10:47:39
http://bruxelles2003.skynetblogs.be/

L'exemple?
pas seulement les parents
ils sont en première ligne
mais les autres sont aussi responsables
les voisins
les personnes rencontrées (connues ou inconnues, par exemple celui ou celle qui jette un papier, qui insulte,...)
ceux qui agressent, insultent, menacent sur les blogs et ailleurs sur internet,
l'école (mais qui a tant à faire sans aide...)
les politiques
etc

Nous sommes tous responsables de l'exemple donné aux jeunes
que nous soyons parents ou non.

Pourquoi, en tant que blogueur ou blogueuse, ne pas commencer dans nos billets et commentaires.
Sans agressivité, sans insultes, sans menaces, etc...

(Mais comme je suis du genre pessimiste ou réaliste, .....)

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

http://toutsurles.skynetblogs.be/post/7322938/#8733646
Par Benoi      29-09-2009 @ 12:07:58
http://benoi.skynetblogs.be/

le quotidien n'empêche pas un coup d'éclat...

Nous sommes un peu tous "passants", "confidents", "voisins", "témoins", "responsables", et pour certains, "parents", "parrains", militants, encadrants, pasteurs (il y en a bien un qui nous lit, non ?), profs, bref. En groupe, en couple, en communauté, en P.O., en staff (scout), dans le cadre professionnel) ou isolément, nous sommes citoyens et nos actes nous jugent.

Cependant pour parler aux jeunes et aux enfants, si le quotidien est le lieu, le temps pour faire "passer" l'exemple, la prise en compte d'autrui, la citoyenneté, etc... un petit coup de projo EN PLUS du quotidien ne fait pas de tort. Un petit coup d'éclat relayé dans la presse pourrait (je parle au conditionnel) contrebalancer le gros magma consumériste, reality-showesque, populiste, publicitaire qui règne en maître sur le monde de la presse et de l'actu.

Oui il y a des gens qui bougent tous les jours, qui publient sur leurs blogs, qui sont des "passeurs", qui le font sans éclat, sans gros cou, mais en quoi est-ce mal de rajouter cette petite collaboration de groupe ? Aurait-on peut de se faire récupérer ? De ce qui sort de l'aspect individuel ?

Sans pour autant oublier, bien d'accord, de vivre notre quotidien de terrien avec intégrité, par exemple en essayant d'être (franc, oui, mais...) courtois ici.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

http://toutsurles.skynetblogs.be/post/7322938/#8738761
Par Rose
http://petales-de-roses.skynetblogs.be/

Une réflexion qui me vient comme ça en lisant les commentaires, sans citer personne, je pense que l'exemple à NE PAS donner justement, c'est d'être négatif, fataliste, dire qu'il n'y a plus rien à faire ! ... Il y a toujours quelque chose à faire ! La somme des petits gestes, que nous posons, peut nous faire avancer de quelques pas et c'est toujours ça de pris !

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

http://toutsurles.skynetblogs.be/post/7322938/#8739940
Par clara           01-10-2009 @ 22:00:41
http://fibromaman.skynetblogs.be/

.......... C'est vrai qu'on peut se dire que c'est une goutte d'eau et que rien ne changera. Ou aussi le faire, parce qu'on veut montrer que l'on se sent responsable. Après ça peut amener à d'autres débats comme pourquoi le démontrer ?

Pratiquement chaque jour, je subis des regards de curiosité malsaine, des questions, des réflexions stupides sur mon handicap (entr'autre) de la part d'adultes ou via leurs enfants.
J'ai trop souffert de voir mes filles pleurer par rapport à toutes ces inepties.

Alors le 15, je participerai, je ne sais pas encore ce que j'écrirais mais je le ferais pour le respect et la tolérance.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

http://toutsurles.skynetblogs.be/post/7322938/#8740560
Par Geronimo       02-10-2009 @ 09:12:00
http://culte-de-la-nature.skynetblogs.be/

D'accord, pourquoi pas, YAKA !

Mais pour la méthode, il faudrait que d'un bout à l'autre de la chaîne YAPAKA, tous ne soient vraiment intéressés que par l'idée de base.
Et tous ne le seront pas.

Prenons en exemple la "récompense" (car certains n'y verront que ce coup de pub), je cite Julie :
"Le 15 octobre, nous mettrons par ailleurs en avant sur blogs.skynet.be, www.skynet.be et toutsurles.skynetblogs.be les Skynet Blogueurs ayant donné l'exemple ;-) "

........ Skynet va-t-il appliquer à fond les valeurs de l'exemple ???
Ouvrez la page skynet et regardez en bas le lien suivant :
"Jeux gratuits ! Des jeux en ligne gratuits à la pelle, profitez-en !"
Ouvrez ce lien et lisez (entre autre) ces quelques énoncés de jeu
"Chef d'une grande famille, tu commandites les pires exactions pour étancher ta soif de pouvoir. Mafia : deviens LE parrain. >>Jouez"
"Qui est-ce qui commande ici ? Pimp my ride - Défendez votre honneur de gangster en matant les petites frappes de votre quartier !>>Jouez"

D'où le 15 Octobre, seront regroupés sur le portail à la fois l'exemple (YAPAKA) et le contre exemple (les liens jeux), et dans ce cas, où est l'éthique, la sincérité ou encore la volonté de vraiment changer les choses ?????

Mais peut-on en vouloir à Skynet ?
Dans une société ou tout est basé sur le marketing, il faut oser le dire, l'exemple passera toujours après le profit et c'est bien cela toute la fausseté de la société actuelle, montrons l'exemple, publions un message un jour sur notre blog, dans l'espoir inavoué de briller dans l'une ou l'autre "Une" car au fond, pour beaucoup, seul compte ce fichu compteur.

Et pour répondre à Francine, d'accord, l'exemple doit se montrer chez les voisins, à l'école,..... chez tous, mais le problème est que la société dans son ensemble est loin d'être l'exemple, si tu as tous des voisins exemplaires, tu as beaucoup de chance, de même que l'on sait que tous les professeurs ne sont pas non plus des exemples.
Le jeune cherche d'abord ses repères dans la cellule familiale, s'il ne les trouvent pas, il les cherchera ailleurs, dans la rue, à l'école, sur le net, avec la triste conséquence que l'on sait très bien ce que représente aujourd'hui l'exemple de la rue, des écoles et du net.

Alors, à mon sens, si l'on suppose que le lien affectif est le plus fort au sein de la cellule familiale, il me semble que convaincre de donner le bon exemple à la plus forte probabilité de réussite au sein de cette cellule, et non sur le net, dans la rue ou à l'école.

Il faut au contraire ouvrir le dialogue à la maison, et bien faire comprendre au jeune que tout ce qu'il voit dans la rue, sur le net et a l'école est à analyser, comprendre et trier du point de vue de l'exemple.

Mais le problème est très complexe, car cela supposerait que les parents eux-mêmes soient capable de faire ce tri, de dialoguer calmement, et de sévir en ULTIME ressort.

Lorsqu'un dialogue est bien mené avec un jeune, il y a neuf chances sur dix pour qu'il ne faille pas en arriver à sévir. Mais, cela demande beaucoup de patience, ce dont sont dépourvus la plupart des gens aujourd'hui, avec les conséquences que l'on connaît.

Donc, pour résumer :
Utiliser le slogan, l'exemple c'est nous, c'est croire que tous les adultes sont des exemples, or on est loin du compte.
Publier un jour un article sur son blog dans ce sens, ne veut pas dire pour autant que l'on est un exemple au quotidien, ni un exemple tout court.

Proposer une mise à la une sur un portail ou cohabiteront exemples et contre exemples est une contradiction dépourvue d'éthique.
Croire que tous les jeunes qui tournent mal sont ceux qui n'ont pas reçus le bon exemple est une erreur. Souvent l'exemple familial est là, mais l'exemple extérieur prend le dessus (Télévision, jeux, école, voisins,etc....).
Savoir qu'il s'agit là d'une campagne sur fond politique, or l'on sait très bien que justement, la politique est laxiste en la matière, pas de sanctions pour des délits graves, mauvais exemple des politiciens eux-mêmes (magouilles, détournements, abus de pouvoirs, etc..), politique de l'Enfant Roi, etc.
Croire au net tout puissant en la matière est une autre erreur.

Tout cela est bien présomptueux et naïf.
Mais cependant, je félicite ceux qui le feront sans arrière-pensée, en toute honnêteté, avec l'unique volonté de s'investir pour une bonne cause.
A ceux là, je dis : ne vous contentez pas de le faire une seule fois, incluez ce geste régulièrement dans vos blog, mais surtout, montrez l'exemple dans la vie réelle, là, vous serez de véritables Samaritains.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

http://toutsurles.skynetblogs.be/post/7322938/#8740809
Par davanlo      02-10-2009 @ 10:27:05
http://davanlo.skynetblogs.be/

mouais ...

[Utiliser le slogan, l'exemple c'est nous, c'est croire que tous les adultes sont des exemples, or on est loin du compte.]

NON, c'est dire que les parents/adultes *devraient* vouloir être l'exemple.

Indépendamment de l'effet sur "les jeunes qui, voyez-vous madame, ce n'est plus ce que c'était" ... ça me ferait plaisir aussi que les gens soient plus corrects. Bousculades, engueulades, gros mots, insultes, petites incivilités, fascisme ordinaire, j'en ai parfois ma claque aussi.

[Publier un jour un article sur son blog dans ce sens, ne veut pas dire pour autant que l'on est un exemple au quotidien, ni un exemple tout court.]

Le souci est dans le désir de perfectionnisme de notre époque... il faut être parfait pour avoir le droit de donner l'exemple ou de rappeler à l'ordre.

Ce n'est pas parce qu'on dit une fois "MERDE" en se tapant sur le doigt avec un marteau qu'on doit tout laisser aller. Si je jure comme un charretier au volant, comment expliquer à mes enfants que leur institutrice n'est pas "conne" ... que Tati n'est pas une grosse vache ... et il y a des gens que ces comportements font sourire ! Regarde, il est amusant, il se comporte comme un adulte.
Dans la famille pétard, où on fume un petit joint bobo le weekend, comment dire à son ado de ne pas le faire ?

Réapprendre qu'il existe des contextes, des niveaux de langages.

Simplement, posons nous la question :
Qu'est-ce que je fais, moi, que je n'aimerais pas voir reproduit par mes enfants, ou les enfants des autres; ou les autres...

et si la réponse est "je me fous des autres" on tient une des clés du problème.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

http://toutsurles.skynetblogs.be/post/7322938/#8744423
Par Macedoine/Animusiques         03-10-2009 @ 23:03:50
http://macedoine.skynetblogs.be/

....... je m'inscris en sachant...qu'un jour ne suffit pas,
que bien souvent, ce sont les enfants qui nous montrent le bon exemple
en sachant aussi que toutes les bonnes volontés d'un jour serviront d'exemple pour un "après"

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 Voir les dessins de Sumoups en cliquant ici.

00:09 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : 2009 |  Facebook |

13/10/2009

Les Noirs et l'Allemagne avant 1945

TéléBruxelles, le dimanche, rediffuse d'anciennes émissions littéraires de France 2.
Dimanche passé, il s'agissait d'une émission de 2005 sans doute réalisée pour le 60ème anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz. Présence de Simone Veil et Pierre Daix.
C'était l'occasion de découvrir ou redécouvrir le travail réalisé par Serge Bilé.
Né en Côte-d'Ivoire, passé par une maîtrise d'allemand et l'ESJ de Lille, Serge Bilé est journaliste. D'abord à France 3 puis RFO, il produit et réalise aujourd'hui des documentaires sur le monde noir.
Pour son site, cliquez sur la 1ère photo (logo de son site).

serge-bile-01-site

 

serge-bile-02-documentaire En 1995, Serge Bilé réalise un documentaire sur les noirs et le nazisme.
Pour le visionner, 52 minutes intégralement en ligne, cliquez la photo ci-contre.
Pour lire article dans le journal français Le Monde en 2001, cliquez ici.

 
 

serge-bile-03-livre Il poursuit ses recherches et publie en 2005 le livre
"Noirs dans les camps nazis", éditons Du rocher, 2005.
Couverture à droite.

 

> > > > > > > > > > > > > > > > > >

Serge Bilé sur le site de pressafrique :

On ne le sait pas toujours mais les premiers camps de concentration n'ont pas été construits avec l'Allemagne hitlérienne, ils ont été construits en Namibie en 1904 lorsque l'Allemagne a voulu avoir des colonies de ce côté là. Elle s'est opposée à un peuple que l'on appelle les Héréro.

Il y avait 80.000 Héréro et justement pour les exterminer les Allemands ont construit des camps de concentration où on a tué à peu près 60.000 personnes.

C'était les mêmes camps que l'on a retrouvés ensuite au moment de la seconde guerre mondiale avec des barbelés, des baraques en bois, des gens rachitiques.
La seule différence est qu'il n'y avait pas de four crématoire, on pendait directement les gens.

Ce qui est important de souligner c'est qu'il y avait deux individus importants qui étaient déjà là.
Heinrich Goëring, le père de Hermann Goëring, était le gouverneur de Namibie.
Il y avait surtout Eugen Fischer qui faisait des expériences dans ces camps et qui a été plus tard le maître à penser de Joseph Mengel le bourreau d'Auschwitz.

(Sur la même page, autres liens intéressants).
La population des Herero de Namibie, cliquez ici.

 

> > > > > > > > > > > > > > > > > >

Serge Bilé sur le site de grioo, non daté,
sans doute en 2005 après l'émission de France 2 :

Le documentaire fait il y a 10 ans était relativement "brut" dans le sens où c'étaient quelques témoignages de personnes déportées.

Pendant 10 ans, même si j'ai eu du mal à diffuser le documentaire qui n'intéressait pas grand monde dirons-nous franchement, j'ai continué à travailler, à faire des recherches, à m'informer. J'ai appris beaucoup de choses en plus, et il était important pour moi de publier un livre qui soit un peu la somme de tout cela, et qui aille beaucoup plus loin que le documentaire.

L'histoire est toujours écrite par le vainqueur, et le vainqueur ne veut voir que sa propre souffrance et pas celle des autres, c'est aux gens qui sont concernés de se battre pour que leur souffrance soit reconnue. Trop portés sur l'esclavage peut-être n'avons-nous pas prêté suffisamment attention à cette histoire nous-mêmes.

Simone Veil me disait récemment qu'il avait fallu 20 ou 30 ans aux déportés juifs pour se faire entendre. S'il leur a fallu 30 ans, nous qui pesons encore moins dans le monde, nous qui étions encore en esclavage avant la guerre, ce ne sera pas facile. Mais même s'il est vrai qu'on ne nous a pas beaucoup aidés, c'est à nous de nous battre.

 

> > > > > > > > > > > > > > > > > >

Serge Bilé (alors journaliste à RFO Martinique) sur le site d'afrik,
portail des blogs africains, en 2005 :

Les premiers écrits ont commencé aux Etats-Unis dans les années 50. Il existe d'ailleurs à Washington un musée de l'Holocauste qui consacre une salle sur la condition des Noirs sous le IIIème Reich.

Il vaut mieux utiliser le terme de Noir, "neger" en allemand, parce que c'est ce mot qui est employé dans les textes de loi de Nuremberg.

Ces Noirs vivaient en Allemagne. Ils étaient 24 000 afro-allemands issus des colonies allemandes d'Afrique (Namibie, Togo, Cameroun). Il y avait aussi des Antillais, mais très peu, ainsi que des artistes noirs américains, en particulier des jazzmen. Ces derniers avaient fuit la ségrégation américaine pour l'Europe.

Les Noirs ont été la première cible de la discrimination nazie.
Après la défaite de 14-18, le pays rhénan se voit occupé par des troupes belges, françaises, dont une partie était issue des colonies, donc d'Africains. Hitler considérait cette occupation comme une souillure pour le sol allemand.
Hitler s'est d'abord employé à éliminer ceux qu'il appelait les "bâtards de la Rhénanie", c'est-à-dire les enfants de soldats noirs et de femmes allemandes.

Les lois de Nuremberg ne s'appliquaient pas qu'aux juifs. Dès les années 30, les Noirs sont interdits de vie publique, on leur retire leurs papiers, les étudiants ne peuvent plus assister aux cours... Si les lois étaient enfreintes, les gens étaient déportés. Les juifs portaient l'étoile jaune et les Noirs étaient stérilisés.

Les Noirs vivant dans les pays conquis par l'Allemagne étaient arrêtés pour des faits de résistance ou pour appartenance au communisme, et non par racisme comme en Allemagne.

Les Noirs en France ont juste subi des brimades et des humiliations.

 

> > > > > > > > > > > > > > > > > >

Sur le site du Mémorial des Etats-Unis relatif à la Shoah
(United States Holocaust Memorial Museum),
Cliquez ici pour la page relative aux noirs et le nazisme.

 

> > > > > > > > > > > > > > > > > >

Liens dans Wikipedia:
- Pierre DaixSimone Weil - Serge Bilé -
- Liste de romans sur la Shoah - Shoah -

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

N.P.
Et en Belgique ?

12/10/2009

Entrages

http://www.entrages.be
asbl Entr'âges, 65 rue de l'Hôtel des Monnaies, 1060 Saint-Gilles, tél 02 544 17 87.

Témoignages d'aînés ayant vécu des faits marquants du XXème en Europe.
Les petites histoires qui font l'Histoire :
http://www.history-project.eu
Plusieurs pays participants.

Proposé par Entr'âges à l'Athénée Royal d'Auderghem dans le cadre du cours d'histoire avec des rhétoriciens.
27 avenue du Parc de Woluwe.
http://www.arauderghem.be/

Mi iris nur por akompani kaj finfine atestis kun Loti kaj Edith. Ĉu valoris ? Fakte eĉ plenkreskuloj neniam aŭdis pri tio...

18:58 Écrit par Fr@ncine dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/10/2009

KIDONAKI au profit d'une oeuvre

Qui donne à qui ?

http://www.kidonaki.be
Site inauguré en septembre 2009.

Vente aux enchères

au profit de projets sociaux.

kidonaki-oct2009

Voici quelques infos copiées sur le site.

http://www.kidonaki.be/Un-particulier.html

Devenez « Kidonateur »
On a tous dans nos armoires des objets de qualité, en bon état, mais qui se révèlent inutiles au quotidien...
Vous avez envie de faire un don, de soutenir un projet, et ce, sans forcément entamer votre compte en banque ? Alors devenez « Kidonateur ».
Parcourez le site et découvrez les différents projets des associations et ONG membres.
Choisissez la cause que vous voulez soutenir et mettez votre objet en vente au profit de celle-ci.
Et comme il n'y a aucuns frais, si l'objet n'est pas vendu, vous pouvez le remettre en vente d'un simple clic !

http://www.kidonaki.be/Conditions-generales-et-vie-privee...

Le rôle de KIDONAKI
Le vendeur renonce au produit de sa vente en le cédant à une cause.
L'acheteur reçoit donc l'objet qu'il paye à l'association.
Le vendeur fait un don sans débourser de « cash ».
L'association bénéficiaire reçoit l'argent.
Le but du site est donc d'aider les associations dans leur récolte de fonds.

Commissions et services
Il n'y a pas de commissions ni de frais de mise en vente.
Ainsi, l'inscription, l'action d'enchérir et de vendre des objets sur le site sont gratuits.

http://www.kidonaki.be/-Foire-aux-questions-.html

Qui peut acheter sur Kidonaki ?
Pour acheter un objet, il faut disposer d'un compte permettant de vous identifier. Ce compte permet à la fois de vendre et d'acheter.

Qui peut vendre sur Kidonaki ?
Tout le monde (les particuliers, les professionnels, les associations) peut vendre sur Kidonaki à condition de disposer d'un compte permettant de les identifier.

Y a-t-il des frais ?
Kidonaki se rétribue via une cotisation modique des associations et via la publicité et le sponsoring.
Il n'y a aucun frais pour l'acheteur ou le vendeur.

Comment être certain que l'argent d'un achat arrive bien à l'association choisie ?
Lorsque vous achetez un objet, c'est sur le compte en banque de l'association qui propose le projet au profit duquel l'objet est mis en vente que vous effectuez le paiement.
Le vendeur est averti automatiquement par l'association dès qu'elle reçoit le paiement.
L'argent arrive donc directement sur le compte de l'association sans aucun intermédiaire !

22:50 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : web |  Facebook |