23/06/2009

Le voile au parlement bruxellois

Mahinur Özdemir, d'origine turque, était conseillère communale voilée du parti CDH dans la commune de Schaerbeek.

Pour les élections précédentes (communales), à Schaerbeek, il y avait les portraits de deux candidates voilées, une du CDH (parti chrétien même s'il a supprimé cette référence dans son nom) et une du PS (parti socialiste). Dans les tracts du CDH et PS pas de voile dans les photos de groupes.

Cette fois-ci des journalistes ont réagi à cette manière d'agir du parti CDH.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Guy Haarcher est professeur ordinaire de la Faculté de philosophie et lettres et à la Faculté de droit de l'Université libre de Bruxelles. Auteur du « Que sais-je ? » sur La Laïcité.

Nadia Geerts est agrégée en philosophie. Auteur de L'école à l'épreuve du voile, édition Labor (A lire).
Son blog que je suis régulièrement :
http://nadiageerts.over-blog.com/

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Dans Le Soir de ce mardi 23 juin 2009, le journaliste William Bourton les interroge.
Voici quelques extraits.

 

Guy Haarcher :

Indépendamment de la signification que donne Mme Ozdemir au voile qu'elle a librement choisi de porter, de nombreuses femmes dans le monde voient à juste titre en celui-ci un symbole d'inégalité et d'oppression. Très souvent, le voile est imposé, et même quand il est porté librement, il peut aussi signifier l'affirmation d'une religiosité « dure », en opposition aux valeurs démocratiques d'ouverture et de pluralisme.

Son parti, le CDH, a pris ce risque, et j'espère qu'il le mesure, en particulier au regard de tant de femmes humiliées et offensées qui, souvent, payent très cher le droit de ne pas le porter.

Le port du voile me pose de redoutables problèmes éthiques au vu de ce qu'il signifie souvent dans le monde contemporain.

C'est dans les mois à venir que je verrai si l'un des plateaux de la balance se charge à un point tel que je doive éventuellement modifier mon attitude présente.

 

Nadia Geerts :

Je rappelle que selon l'article 42 de la Constitution, « les membres des deux Chambres représentent la Nation, et non uniquement ceux qui les ont élus ».

Les musulmans, comme les autres croyants, ont toujours pu se présenter aux élections, et c'est heureux. Le contraire serait totalement contraire aux principes démocratiques fondamentaux. En revanche, je m'étonne que des gens qui se définissent comme progressistes, laïques et/ou féministes puissent saluer l'entrée d'une députée voilée au parlement bruxellois comme un progrès. Selon moi, autant on peut discuter de savoir si on a le droit de l'interdire, autant la présence d'une femme voilée dans une assemblée parlementaire équivaut au retour d'un cléricalisme que les progressistes ont toujours combattu.

Je vois dans cet enthousiasme un nouveau signe de la confusion permanente qui règne entre « candidat issu de l'immigration », « musulman » et « partisan d'une interprétation rigoriste de l'islam ». Mahinur Ozdemir n'est pas la première élue issue de l'immigration, tant s'en faut. Elle n'est pas davantage·la première élue de confession musulmane.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ce matin à la radio, et visible sur téléBruxelles, Nadia Geerts et Radouane Bouhlal. Ce dernier a fait semblant d'ignorer qu'en Belgique on utilise généralement le mot burqa pour tout vêtement ne laissant filtrer que le regard. Et la burqa (peut importe le mot correcte que j'ai oublié) est visible à Schaerbeek et dans le centre ville.

Matin Première à écouter et à voir (13 et 15 minutes) :
http://www.rtbf.be/info/matin-premiere/

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Dans un commentaire de Nadia dans son blog, une phrase simple qui dit tout ce que je pense :
Comment peut-on choisir librement de porter ce qui est devenu la marque de fabrique des pires théocraties : le voile ?

21:59 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.