14/05/2009

Pavés de mémoire Stolpersteine

Qu'est-ce qu'un pavé de mémoire ?

 

26000-626

 

Gunter Demnig est un artiste né à Berlin en 1947.
En 1990 il rappelle à Cologne, par une action artistique, la déportation et le massacre des roms par les nazis. Suite à certaines réactions, comme celle d'une vieille allemande qui ignorait qu'elle avait eu des voisins roms, il place ses premiers pavés destinés à rappeler des victimes de la période du national-socialisme : des tziganes, des juifs, des résistants, des homosexuels, des handicapés euthanasiés, des témoins de Jéhovah, des opposants chrétiens.

Un pavé de mémoire est un carré de béton de 10 cm de côté surmonté d'une plaque de laiton (de cuivre ?).

C'est Gunter Demnig lui-même qui le fixe dans le trottoir à côté du dernier lieu de résidence de la victime. On y grave dans la langue du lieu « Ici habitait » suivi du nom, de la date de naissance, date et lieu de mort.

En allemand, le pavé se nomme stolperstein, pierre d'achoppement.
Trébucher légèrement, c'est remarquer le pavé, et peut-être réfléchir à sa signification.

 

Bella a découvert ces mémoires de pierre en visitant Berlin il y a trois ans. Elle a souhaité en fixer pour ses parents. Ce souhait a été réalisé cette semaine.

Ce mercredi 13 mai ont été inaugurés les premiers pavés de mémoire à Bruxelles.

Cliquez ici pour le lien officiel des stolperstein (en allemand).
Autres liens :
- Institut Goethe - wikipedia - arte - RTBF sport -
- Gunther Demnig dans Wikipedia : allemand, néerlandais.
- Ce 13 mai 2009 signalé sur les sites : La Libre, RTBF, Le Vif.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

J'ai découvert ces stolperstein l'année dernière à Berlin où j'ai accompagné des personnes invitées. En s'approchant du Rathaus où nous allions assister à une cérémonie, un membre de notre petit groupe a remarqué 2 pavés, et hasard, il connaissait un descendant de la famille dont le nom était inscrit sur une plaque.

 

10491-93

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Inauguration des cinq premiers pavés de mémoire à Bruxelles.

 

Le matin devant le 47 rue Jorez dans la commune d'Anderlecht en mémoire des parents de Bella.

26003

« Ici habitait Berek Swiatlowski, né en 1905, arrêté le 12 septembre 1942, détenu à Malines, déporté le 15 septembre 1942. Assassiné à Auschwitz le 25 février 1943. »

« Ici habitait Pesah Swiatlowski-Koronczyk, née en 1913, arrêtée le 12 septembre 1942, détenue à Malines, déportée le 15 septembre 1942, assassinée à Auschwitz »
(Pas de date connue, donc sans doute dès l'arrivée au camp.)

 

2598826007

A gauche, les jeunes parents de Bella.
A droite, Mireille et Bella.

 

25985 25986 25990

La commune d'Anderlecht a préparé la cérémonie.
Présence de Mr Gaëtan Van Goidsenhoven (bourgmestre),
et d'échevins (peut-être Mustapha Akouz).
Présence de photographes (parfois gênante) et
sur un micro, la référence à la RTBF radio.
Eric Picard a soutenu et épaulé Bella et Mireille.

 

25989 25995 25997

Drapeau belge et symbole de la commune d'Anderlecht.
Bella et le bourgmestre font apparaître
les premiers pavés de mémoire fixés dans la commune.
Bella dépose des fleurs.

 

D'autres photos dans mon blog Bruxelles en photos.

 

L'après-midi, devant le 37 de la rue du Lavoir à Bruxelles-Ville en souvenir du père de Gaby.

« Ici habitait Itzic Jancou dit Jacques Zimmerman, né en 1903, arrêté le 13 mai 1944, détenu à Malines, déporté le 19 mai 1944 à Auschwitz, assassiné le 23 février 1945 à Buchenwald »

Il paraît qu'il y a eu un représentant de la commune. Pas de bourgmestre.
Cela me rappelle qu'il y a quelques années, la ville de Bruxelles a préféré célébrer la fête de la bière et reporté la célébration de la libération de la ville. Alors...

 

En soirée, devant le 40 rue Vondel dans la commune de Schaerbeek en souvenir des parents de Mireille, épouse de Gaby.

« Ici habitait Salomon Karolinski, né en 1908, résistant, arrêté le 15 août 1942, détenu à Malines, déporté le 18 août 1942, assassiné à Auschwitz le 25 septembre 1942 »

« Ici habitait Elisabeth Orcher-Karolinski, née en 1912, résistante, arrêtée le 15 août 1942, détenue à Malines, déportée le 18 août 1942, assassinée à Auschwitz le 20 août 1942 »

2602426038

Pas de soutien logistique de la commune. Heureusement que quelqu'un a apporté un haut-parleur (qui sifflait souvent). La commune représentée par : Mme Cécile Jodogne (bourgmestre faisant fonction), Tamimount Berroho-Essaïdi, Bernard Guillaume, Isabelle Durant. Etaient aussi présents : Viviane Teitelbaum (députée régionale bruxelloise), Radouane Bouhlal (président du MRAX), Elisabeth Cohen (trésorière du MRAX).

Mireille a contesté pendant des années l’historien Maxime Steinberg qui affirmait que les juifs belges n’ont pas été déportés en 1942. C'est en décembre 2008, en feuilletant un livre (Rafle dans les Marolles, Joost Loncin, Edition Versant Sud, 2003), qu’elle a compris en découvrant que ses parents étaient des résistants et arrêtés en tant que tels. Ils ont essayé de fuir par le jardin mais les voisins les ont repoussés. Ensuite ils ont été envoyés à Auschwitz car juifs.
Un de ses oncles a été dénoncé par un membre de la célèbre famille des Nothomb.

 

D'autres photos dans mon blog Schaerbeek en photos.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Certains vont à la recherche des coquillages fixés dans les trottoirs et indiquant la route pour le pèlerinage de Compostelle. Maintenant ce sont d'autres pavés qui apparaissent et rappelant le chemin suivi, bien que non désiré, par de nombreux habitants de Bruxelles.

Qui connaît le dernier domicile de tziganes déportés de Bruxelles ? Quelles associations, quels mouvements de jeunes, quelles écoles se chargeront de rappeler la mémoire de quelques tsiganes ?

Y a-t-il eu des handicapés euthanasiés à Bruxelles par les nazis ?

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Ces pavés de mémoire sont-ils utiles ?

Il y a plus de 65 ans. C'est loin, pensez-vous. Pensez à certains événements, heureux ou malheureux, qui vous ont marqués. Ils ont eu lieu il y a de nombreuses années, mais pour vous, cela vous semble que c'était hier ou peut-être même il y a quelques heures ou quelques secondes si vous vous en êtes souvenus en rêve. Alors...

Certains supportent ces souvenirs en se battant pour qu'on n'oublie pas. D'autres, pour vivre, préfèrent ne pas y penser et ne pas en entendre parler.

« Plus jamais ça » ont dit certains. Mais l'homme n'apprend pas de son passé.

L'être humain n'a rien d'humain, à part quelques rares exceptions. Alors...

Les commentaires sont fermés.