26/01/2009

Définir une personnalité psychotique

Définition d'un mot souvent utilisé : psychotique ?

Isidore Pelc, professeur émérite de psychiatrie à l'ULB (Université Libre de Bruxelles).
Propos recueillis par Ricardo Gutiérrez.
Concernant Kim de Gelder qui a tué et blessé dans une crèche de Dendermonde (Termonde).
D'après le quotidien Le Soir de ce lundi 26 janvier.

lesoir-tueur-kim-090126 >> Evocation d'une personnalité psychotique :
- - Il s'est grimé.
- - On le dit isolé, replié sur lui-même.
- - On dit qu'il habite un appartement juste doté d'un lit, sans draps, alors que ses parents vivent dans une villa cossue...

>> « Psychotique » pour le psychiatre :
- Un être qui se met tout doucement
   à vivre dans un monde parallèle,
   à fonctionner en étant déconnecté de la réalité
.
- Un être qui peut se sentir investi d'une mission, jusqu'à se mettre à tuer des innocents.

>> Expert et procès :
En tant qu'expert, Isidore Pelc refuse de répondre à la question
« A-t-il agi en état de démence ? Est-il irresponsable de ses actes ? ».
Il faut changer cette question, car la notion de démence est dépassée.
Si on était sérieux, il faudrait plutôt se demander si l'auteur a agi sous l'effet d'une pathologie psychiatrique.

S'il est psychotique, il peut être traversé d'idées délirantes.
Le délire s'enfonce comme un coin dans la réalité.

Chacun d'entre nous est traversé par de petites folies, mais nous arrivons généralement à les contrôler.
En revanche, de plus en plus de jeunes en mal-être ne peuvent plus compter sur les mécanismes d'inhibition qui empêchent un être normalement constitué de passer à l'acte.

La pathologie de l'auteur de la tuerie dans une crèche de Dendermonde (Termonde) a évolué dans un contexte où il était privé de liens relationnels.
Il s'est trouvé dans un huis clos comme Geneviève Lhermitte.

Le passage à l'âge adulte suppose l'accomplissement de quatre conditions.
20 ans.
Que faut-il pour structurer l'identité ?
1.
20 ans. Une période la vie où le jeune prend son autonomie.
Et constate, parfois, qu'il n'est pas capable de l'assumer.
2.
Il faut être soutenu par des liens affectifs.
3.
Il faut intégrer des valeurs.
4.
Il faut trouver un sens à la vie.

Isidore Pelc souhaite la création d'ateliers du bien-être dans les écoles.
Il a proposé la formule depuis 25 ans aux ministres concernés, en Belgique.
Sans succès.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Un autre article du journal indique que les caractéristiques de Kim rappellent le profil général de Hans Van Themsche, le tueur d'Anvers qui avait abattu une enfant et sa nounou malienne en mai 2006. Lui aussi était extrêmement renfermé. Lui aussi s'est attaqué à des personnes loin de son domicile. Lui aussi disposait d'une arme factice.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

D'après l'interview de Isi Pelc et Vincent Dubois ce matin à la radio :

On s'oriente vers un état dit psychotique, c'est-à-dire qu'à un certain moment, chez une personne, qui dans d'autres secteurs de la vie peuvent se comporter tout à fait bien, normalement, le délire s'enfonce comme un poing, dans la réalité et dans leur cerveau. Et donc tout d'un coup il a une idée prévalente et il construit son comportement par rapport à cette idée prévalente. Ça c'est la psychose. Il est en dehors du monde, pour un secteur de sa pensée.

Psychotique c'est un terme générique qui s'oppose d'ailleurs au terme névrotique qui est juste l'inverse...
Névrotique garde un rapport assez précis avec la réalité.
La psychose, le psychotique, c'est  vraiment une perte de contact avec la réalité, qui ne concerne pas toute la réalité, une certaine partie de la réalité.
Dans cette perte de contact on construit un nouveau monde, un monde à soi, dans lequel on trouve deux symptômes très importants qui sont les délires et les hallucinations. Ce sont vraiment les deux choses qui caractérisent cet état psychotique.

Vraisemblablement il y a une maladie qui est prévalente et qui explique un passage à l'acte à un moment donné. Puisque ici, comme dans d'autres cas d'ailleurs, on voit une préparation à tout cela. Kim de Gelder s'est acheté un gilet pare-balles, ce qui n'est peut-être pas facile à se procurer. Il avait une série de couteaux, il avait une hache, il a été sans doute reconnaître les lieux, puisqu'il a trouvé la porte par derrière, qui était ouverte. Il y a toute une préparation. Donc ce n'est pas un coup de folie subit. Non, ça se prépare et alors on exécute, on passe à l'acte comme on dit.

C'est quelqu'un qui depuis toujours est quelqu'un de renfermé, qui ne dit pas grand-chose, qui s'isole un peu, qui n'a pas beaucoup de contacts sociaux. Mais il y a énormément de gens qui ont ce type de personnalité aussi. Ce n'est pas pour ça qu'on est forcément dans la maladie mentale.

On enseigne aux étudiants en médecine :
Attention, quand vous voyez quelqu'un (et peut-être que le grand public devrait le savoir un peu plus) qui change d'attitude, devient un peu autre, se renferme, etc... posez-vous la question... Il n'a peut-être pas ça, mais il a peut-être ça quand même.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

A lire avec réserve (L'auteur est-il un spécialiste ?) ou écouter :
- Interview + questions. Isi Pelc et Vincent Dubois.
   A lire et écouter (ce matin sur la RTBF) 17 mn.
- Isidore Pelc : - 1 - 2 - 3 - 4 -
- Wikipedia.
- Psychomedia.
- Psychiatrie en Belgique (Peut-être par une entreprise pharmaceutique).

22:55 Écrit par Fr@ncine dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.