15/06/2008

Eric-emmanuel Schmitt français et belge

Site d'Eric-emmanuel Schmitt

D'après le journal Le Soir du 14 juin 2008, par Jean-Claude Vantroyen.

Eric-emmanuel Schmitt
Installé à Bruxelles depuis 6 ans dans la commune d'Ixelles. Pour éviter le fisc français ?
A demandé la naturalisation belge.
Jeudi passé, la commission de naturalisation de la Chambre a donné un avis favorable. La séance plénière suivra sans doute cet avis.
Eric-emmanuel Schmitt sera français pour Paris et belge pour Bruxelles.

Eric-emmanuel Schmitt :

CHOISIR

- De même qu'on appartient  à sa famille et qu'on choisit ses amis,
   je viens de France et j'ai choisi la Belgique.
   Et si cette seconde nationalité-là me paraît amicale,
   c'est parce que, comme l'amitié, elle s'est décidée à deux :
   je t'ai choisi, tu m'as choisi.

APPRECIER

- Grâce à la Belgique,
   j'apprécie ce qui n'est pas uniforme, symétrique,
   j'apprécie le chaos urbanistique,
   j'aime la discontinuité,
   je suis capable d'aimer un bord de mer objectivement défiguré
   et lui trouver un charme fou.
   Seule la vie en Belgique peut nous apprendre ça.

Pourquoi la Belgique ?

- Parce que c'est un pays chaleureux, malgré son climat.
   Parce que c'est un pays modeste bien qu'il abrite la capitale de l'Europe.
   Parce que c'est un pays trilingue, ouvert aux autres,
   constitué de multiples communautés,
   qui préfigure ce que sera l'univers de demain.
   Parce que c'est un pays de culture qui pratique la folie douce.
   Parce que c'est un pays de cocagne
   où il est impossible de faire un régime,
   ce à quoi j'ai renoncé depuis longtemps.
   Parce que c'est un pays si petit
   qu'il vous conduit,
   après quelques semaines à Knokke ou en Ardennes,
   à visiter le vaste monde.

POLITIQUE

- Je vais pouvoir peser par mon vote.
   Je m'étriperai à armes égales avec mes amis sur la politique belge,
   ce qui, l'âge venant, constitue une gymnastique pour le cerveau
   tout aussi exigeante que d'apprendre le chinois.

C'est normal, il est belge.

- Désormais, lorsque je dirai une bêtise,
   on dira "C'est normal, il est belge",
   on m'excusera.
   Désormais, lorsque j'aurai une fulgurance de fantaisie,
   on dira "C'est normal, il est belge",
   on minorera.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Voir posts précédents: 13 mai 2004, 6 mars 2005.
Le site de l'écrivain Eric-emmanuel Schmitt.

Les commentaires sont fermés.