26/07/2007

Occident en Orient Accueil et Résistance

uk07emblemo-100

92-a Universala Kongreso de Esperanto.
Jokohamo, Japanio
4 - 11 de aŭgusto 2007

Thème du Congrès Mondial d’Espéranto 2007 à Yokohama au Japon en Août 2007.

Présenté par USUI Hiroyuki.
Entendu à Rotterdam en novembre 2006.
Photocopies de la revue « La Revuo Orienta, 2007, januaro » envoyées par Sumiko d’Osaka.

IMG_3770

Traduction libre. (Je ne suis pas douée pour cet exercice)

Chaque année, le Congrès Mondial d’Espéranto choisit un thème, même si certains congressistes ne le remarquent pas. Quand les Nations Unies ou l’Unesco choisit un thème particulier pour l’année en cours, d’habitude le Congrès Mondial d’Espéranto le choisit. Mais pour 2007, ces organisations internationales n’ont pas choisi de thème particulier, ce qui a laissé à l’Association Mondiale d’Espéranto, l’organisateur du Congrès Mondial, la liberté de choisir soi-même le thème du congrès.

C’est pour cette raison que le Comité du pays organisateur du 92ème Congrès Mondial d’Espéranto à Yokohama a proposé à l’Association Mondiale d’Espéranto le thème suivant :

« Occident en Orient : accueil et résistance ».

Pour certains, ce sujet peut être un peu énigmatique. C’est pourquoi, je souhaite ici brièvement expliquer de quoi il s’agit.

Que signifie « Occident en Orient » ?
« Occident »
dans notre contexte fait référence à l’Europe et d’autres parties du monde, qu’ont occupé et où logent des descendants des émigrants venus d’Europe (par exemple les Etats-Unis)
.
« Orient »
désigne des parties du monde « non occidentales », c’est-à-dire sans racine culturelle européenne
.

Notre monde moderne est centré sur l’Europe dans le sens que ce que nous connaissons actuellement d’important du point de vue « civilisation » de notre époque provient essentiellement de pays européens.

Nous devons dire, qu’actuellement un grand déséquilibre de civilisation est né entre l’« occident » et l’« orient », et l’« orient » doit apprendre de l’« occident », du moins sa civilisation.

De fait, notre ville de congrès Yokohama convient particulièrement pour cette discussion, car elle a été une des premières villes portuaires ouvertes à l’« occident » au milieu du 19ème siècle.
En ce temps-là, les puissances européennes ont presque complété leur mainmise sur une grande partie de la surface terrestre et commencèrent à également menacer l’Asie orientale.
Cette situation alarma les japonais qui s’inquiétèrent du danger de colonisation s’ils n’apprenaient pas rapidement la civilisation occidentale pour se défendre de ces « occidentaux ».
Donc l’étude de la civilisation occidentale a en partie été motivée par le désir de résister à l’« occident ».

C’est pourquoi le thème du congrès ne concerne pas seulement de l’« accueil » mais également de la « résistance ».

L’étude de cette civilisation ne pouvait oublier d’évoquer le souhait des japonais de s’identifier bientôt avec cette civilisation.
C’est ce souhait qu’exprime par exemple la devise de HUKUZAWA Yukiti : « Sortons de l’Asie et entrons en Europe ».
La conséquence de cette devise a fait naître un complexe d’infériorité pour leur propre culture chez les japonais et a marginalisé celle-ci face à la culture occidentale qui paraissait « toute puissante » et « universelle ».
Il est intéressant de noter, entre parenthèse, que quelque chose de semblable existe en Chine bien qu’avec une moindre tendance à l’assimilation que la version japonaise : « Sortons de l’Asie et entrons dans le monde ».

La tactique d’« entrer en Europe » a été difficilement acceptée par des européens « authentiques » et parallèlement a rendu les japonais étrangers de leurs voisins orientaux, car leur confiance, comme un contrepoids au complexe d’infériorité face à « l’occident », a tellement grandi par rapport aux autres asiatiques à cause du fait que le peuple japonais était à cette époque effectivement le seul et unique élève asiatique qui a réussi d’apprendre de l’« occident ».

L’attitude des japonais, qui, de cette manière, ont intériorisé le déséquilibre entre civilisations, hésite entre « accueil » et « résistance », et donc entre un amour infini et un rejet infini de tout ce qui est « occidental ».
Nous pourrions même affirmer que cette ambivalence chez les japonais a finalement conduit à la défaite de la deuxième guerre mondiale.

Vous vous demanderez sans doute, si cela peut nous toucher en tant qu’espérantistes.
Cela nous touche en effet, car le déséquilibre entre civilisations se manifeste également sur le champ linguistique : entre autre la pression pour apprendre l’anglais comme outil d’accès à la civilisation occidentale.
Nous devons reconnaître que cette langue a beaucoup apporté aux japonais, mais en même temps, comme toute la civilisation occidentale, elle rend leur identité confuse.

Parfois l’espéranto est perçu comme une alternative neutre politiquement avec moins de perturbations pour l’identité.
Donc, on espère que l’espéranto pourra résoudre le dilemme entre civilisations, du moins dans le champ linguistique.

Peut-être que pour nombre d’entre vous, cela résonne comme une histoire déjà ancienne, d’autant plus qu’actuellement le Japon n’est plus le seul pays « oriental » qui réussi sur la scène mondiale. Lui ont succédé un ensemble d’autres pays asiatiques dont de gigantesques comme la Chine et le Barat (Indes).

Cependant cela vaut la peine de se demander : est-ce que le déséquilibre entre civilisations déjà cité est-il déjà à relativiser ?
Même si cette question n’est plus aussi brûlante d’actualité en Asie orientale, elle est encore complètement d’actualité dans d’autres parties du monde, par exemple dans le monde musulman.

Nous espérons donc, que durant la semaine du congrès il sera possible de discuter de ce sujet encore d’actualité et l’explorer avec des congressistes de divers pays qui apporteront leur point de vue en provenance de divers contextes.

Texte original en espéranto.
700 x 1000px
94,9 Ko          81,8 Ko.

Okcidento en Oriento :

akcepto kaj rezisto

uk-07-a IMG_3770 uk-07-b

21:16 Écrit par Fr@ncine dans Ailleurs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : japon |  Facebook |

Commentaires

bonjour de Tokyo impossible de se connecter pour un post
vol agreable
suis en atttente du vol pour osaka
ai changer un billet de 1000 yens
pour 10 fois 100 yens

100 yens soit 25 fb pour 10 min

comme j attendais acces pour poster
j ai deja perdu 10 min

donc a nouveau 100 yens

boujour a la bande des 4

Écrit par : Francine | 30/07/2007

Les commentaires sont fermés.