28/02/2007

Fresque Gaston Lagaffe à Bruxelles

4521-gaston

Gaston Lagaffe a 50 ans.

La première apparition de Gaston Lagaffe date d’il y a 50 ans dans le journal de Spirou.
Sans un mot.


4522

Après sa représentation en trois dimension près du Centre de la Bande Dessinée, Gaston Lagaffe est représenté sur une fresque murale de trois mètre de haut rue de l’Ecuyer juste à côté du Théâtre de la Monnaie.

La fresque reproduit un dessin de Franquin représentant Gaston jouant au yoyo, à la fenêtre de son bureau, sur la tête des passants, en particulier Aimé De Mesmaeker.

Pour célébrer les 50 ans, théoriquement le parking était gratuit au centre ville. Mais peut-être était-ce destiné aux initiés car aucun papier ne le signalait sur les horodateurs qui ont remplacé les parcmètres contre lesquels Gaston s’est battu sous la plume de son dessinateur Franquin.

http://www.gaston50.com/index.php?pg=histo

http://www.gastonlagaffe.com/sitefr/actu/index.php?page=20070218

http://www.gaston50.com/gaston50_histo.htm

Cliquez pour agrandir.

Gaston Lagaffe et les parcmètres

gaston28fevrier

Lire http://www.gastonlagaffe.com/...page=20070210

 

Gaston et les horodateurs gratuits.

Gaston rue Maus

Dans Le Soir du mardi 13 mars 2007.
Contestée parce qu’elle n’a pas été votée par le conseil, la journée « horodateurs gratuits » a rapporté 11.600 euros à l’hôpital des enfants Reine Fabiola.
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
Action limitée à la Ville de Bruxelles, non signalée sur les horodateurs que j’ai aperçus ce jour-là.

 

Gaston Lagaffe rue Henri Maus

452745304531

4532a4532b4533

Dans la rue Henri Maus,
Gaston Lagaffe et sa voiture, mademoiselle Jeanne, le marsupilami, l’agent Longtarin.
A admirer momentanément à la rue Henri Maus qui longe le Palais de la Bourse près de la Grand-Place de Bruxelles.
Une rue dans un état lamentable depuis longtemps.
Gaston Lagaffe et ses amis se sont posés là pour nous faire sourire ou rire plutôt que pleurer de cette situation.

 

Rue Henri Maus à Bruxelles

D’après le dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, par Jean d’Osta, Edition Paul Legrain.

En 1873, lorsque fut inauguré le palais de la Bourse, la rue qui la bordait à droite (côté sud) n’avait encore ni nom ni maisons, sauf une vieille demeure expropriée qui subsistait provisoirement de la démolition de la rue des Récollets.

C’est dans cette maison vide que l’ingénieur Henri Maus, directeur général des Ponts et Chaussées, avait installé depuis quatre ans son « bureau de campagne » et son quartier général, d’où il dirigeait les travaux du voûtement de la Senne et de terrassements du nouveau boulevard central.

La rue Henri Maus devint une rue dotée de beaux cafés et de restaurants.
Le Falstaff a gardé sa décoration intérieure de la Belle Epoque.

Au début du 20ème siècle, la rue Henri Maus connut un accroissement d’animation, parce qu’on y fixa le « terminus » des trams économiques « chocolat » en direction de Saint-Gilles.

Plus tard, les lignes « bruxelloises » 4, 5, 6, 17, 34 et 48 s’y ancrèrent.
Ensuite les bus 34, 48, 95 et 96.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Depuis combien de temps la rue est-elle dégradée ?
Vers les années 1960, pendant plusieurs années, je prenais le 48 ou je ne sais plus quel autre numéro (peut-être bus 48 et tram 5 ?) pour la place du vieux marché.
Plus tard je fréquentais de temps en temps le Falstaff pour les délicieux gâteaux maison.
Ensuite, repris par un groupe français, l’endroit n’avait plus rien d’agréable.
Il a été fermé. Rouvert depuis quelque temps.
Y passant pour les photos, j’ai pensé y entrer pour un goûter. La musique bruyante qui en sortait m’en a empêchée. Mais c’est à visiter
.

 

Les commentaires sont fermés.