28/04/2006

Faucons pèlerins à la cathédrale Saint-Michel

Visitez le site de l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique
et si votre pc le permet, regardez 24h/24 les faucons.
site 1, site 2, site 3, site 4.

 

D’après le site http://www.sciencesnaturelles.be

Un couple de Faucons pèlerins, le plus rapide des oiseaux, niche au sommet de l’une des tours de la Cathédrale de Saint-Michel au centre de Bruxelles.
Afin de découvrir cet événement, une caméra miniature a été installée dans le nid, à 50 m de hauteur. Les images des poussins nés le week-end de Pâques, et des parents qui viennent régulièrement leur apporter des proies, sont transmises vers un téléviseur installé derrière les vitres d’un pavillon disposé sur le parvis de la cathédrale. La transmission est continue, 24h/24h. En effet, la caméra filme également en infra-rouge!
Le public est ainsi invité à venir observer chaque détail de cette nidification exceptionnelle, sans pour autant déranger les oiseaux. Des ornithologues sont régulièrement sur place afin de donner des explications et vous feront découvrir les vols en piqué des adultes qui tournoient au-dessus de la cathédrale.

Pour en savoir plus
(plan d’accès, photos des jeunes, dernières nouvelles)
visitez le site web de l’opération "Faucons pour tous"
http://www.kbinirsnb.be/falcoperegrinus/

Pour les videos, cliquez sur
kbinirsnb.be/falcoperegrinus/videos
Visible uniquement si vous avez ce qu’il faut sur votre pc, ce qui n’est pas le cas pour moi.

Pour la cathédrale Saint Michel, cliquez ici.

vvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvv

D’après le journal Le Soir de ce vendredi 28 avril 2006.
Les faucons pèlerins sont de retour au centre de Bruxelles à la cathédrale Saint-Michel.

Le mâle est le même que l’année dernière mais pas la femelle. Elle est probablement morte.
Comme pour la plupart des espèces, quand un faucon se sent bien quelque part, il n’a aucune raison de changer de quartier.
Sa technique de chasse est extraordinaire. Il est à l’affût dans le ciel et fond sur sa proie en piqué en atteignant jusqu’à 400 km/h. Il l’attrape en plein vol et ne la lâche pas, ce qui lui permet de ne pas devoir la ramasser sur le trottoir et, donc, de vivre en ville.

Quand les oeufs viennent d’éclore, la mère interdit l’accès du nid au père puis, progressivement, le laisse venir et part ensuite elle aussi à la chasse.

L’escale urbaine du faucon est une bonne nouvelle écologique.
Dans les années 70, pesticides et polluants ont provoqué la perte de la plupart des faucons pèlerins, les femelles pondant des oeufs infertiles ou tellement fins qu’ils craquaient sous elles. L’espèce a disparu en Belgique pendant 30 ans.

Les commentaires sont fermés.