16/04/2006

Joe Van Holsbeek

 

= = = = = = = = = = = = = = = = =
Billet du jour posté à 14h20

Joe Van Holsbeek, 17 ans, Gare Centrale, Bruxelles.

Joe Van Holsbeek

Joe Van Holsbeek, 17 ans, Gare Centrale, à deux pas de la Grand-Place de Bruxelles
vvvvvvvvvvvvvvvvvvv

En ligne, sur le site de la Dernière Heure du 14 avril

Joe est mort pour son lecteur MP3 (14/04/2006)
L'adolescent de 17 ans a été poignardé à mort en pleine heure de pointe à la gare Centrale de BRUXELLES.

La salle des pas perdus de la gare Centrale à Bruxelles est monumentale.

Joe était paisiblement assis sur un muret en compagnie d'un ami âgé de 17 ans également. Les deux condisciples attendaient une copine qui devait revenir en train dans la capitale. Pour passer le temps, les deux amis écoutaient de la musique grâce au lecteur MP 3 de Joe en se partageant les écouteurs comme le font beaucoup de jeunes.

Soudain, deux crapules se sont approchées du duo et ont entamé le dialogue en posant une question bidon aux deux jeunes Bruxellois: «Où se trouve la rue Neuve?».
Presque immédiatement, un des deux jeunes agresseurs s'est montré intéressé par le lecteur MP 3 qu'utilisaient les deux adolescents. Tout s'est alors passé très vite. Joe a tenté de s'interposer à l'agresseur qui venait de s'emparer de son MP 3 en faisant barrage de son bras. En un éclair, un couteau est exhibé et se plante à plusieurs reprises dans la poitrine de Joe. Alors que Joe s'effondrait et que son ami appelait les secours, les agresseurs prenaient la fuite en direction de la Grand-Place toute proche.

Les secours ont tenté l'impossible pour sauver l'adolescent. Après l'avoir stabilisé sur place, il a été emmené à l'hôpital Saint-Pierre où les médecins ont constaté son décès sur le coup de 21 h.

L'agression crapuleuse s'est muée en un meurtre pour faciliter le vol et les deux auteurs en fuite sont désormais passibles des assises.

vvvvvvvvvvvvvvvvvvv

En ligne, sur le site de la Dernière Heure du 15 avril

La justice a en sa possession la bande vidéo et des portraits-robots sont en cours d'élaboration. Vu la gravité du crime et la vive émotion qu'il suscite, on aurait pu espérer une diffusion publique rapide de ces éléments afin d'augmenter les chances de mettre la main sur les meurtriers.

La justice ne l'entend cependant pas de cette oreille. En effet, la bande vidéo est en cours d'exploitation; quant aux portraits-robots, d'après le porte-parole du parquet, «ce n'est pas une priorité. On ne les diffusera pas avant une ou deux semaines. La priorité est d'abord accordée aux témoignages», a-t-il indiqué vendredi après midi.

vvvvvvvvvvvvvvvvvvv

J’aimerais comprendre. Pourquoi n’explique-t-on pas la nécessité d’attendre plusieurs semaines ?
 ? ? ? ? ?

vvvvvvvvvvvvvvvvvvv

Divers liens :
- Video (lien sur le site du journal Le Soir)

- Le Soir
samedi 15 avril 2006, 17:30, vendredi 14 avril 2006, 20:10, 14 avril 2006, 07:00

- La Dernière Heure
15-04-2006 (1), 15-04-2006 (2)
14-04-2006 (1), 14-04-2006 (2), 14-04-2006 (3)

- La Capitale, date non indiquée

 

= = = = = = = = = = = = = = = = =
Billet du jour posté à 15h45

Joe Van Holsbeek, mort pour un MP3.

Joe Van Holsbeek, mort pour un MP3. (voir le billet suivant)

D’après le journal Le Soir du vendredi 14 avril 2006.

Jean-Marc Olislagers est psychologue et formateur spécialisé dans les problématiques de racket et d’intimidation. (Rectificatif dans Le Soir du 22 avril : Jean-Marc Olislagers précise qu’il n’est pas psychologue mais systémicien et formateur indépendant)

Le journaliste Hugues Dorzée :
Vous dénoncez la banalisation des actes d’intimidation. A l’école, mais aussi sur la voie publique.
Jean-Marc Olislagers :
Oui, cette intimidation peut être
- verbale (insulte,…),
- physique (coup…) ou
- relationnelle (exclusion, commérage,…).
Avec des mobiles divers :
- affirmer son pouvoir,
- démontrer sa force,
- acquérir un bien…
Nous, les adultes, on a trop souvent tendance à fermer les yeux, à minimiser le problème.
Il est important de rappeler aux jeunes que l’extorsion est un délit pénal ; qu’ils doivent en parler et se faire aider ; qu’il ne s’agit pas d’une fatalité ou d’une banalité.

Le journaliste Hugues Dorzée :
Sur la voie publique, quels sont les facteurs déclencheurs ?
Jean-Marc Olislagers :
Certains actes sont fortuits, d’autres prémédités. Ils peuvent se produire dans un lieu très fréquenté ou à l’abri des regards. Ils sont le fait de bandes organisées ou d’individus isolés.
Il ne faut pas non plus sous-estimer le rôle de la communication non verbale (un regard, un indice de peur…), la morphologie fragile de la victime, l’environnement (anonyme, peu sécurisé…), etc.
Et puis, il y a la convoitise : l’objet de mode à acquérir comme valeur d’échange ; le désir d’être comme les autres ; la société de « l’être et du paraître », et.

Ce phénomène des intimidations renvoie à un vrai débat de société sur le rôle des parents et de l’école, l’influence des médias et des jeux vidéo, le principe de réalité chez les ados…

vvvvvvvvvvvvvvvvvv

On oublie la responsabilité du pouvoir politique qui vote les lois et les budgets !

 

= = = = = = = = = = = = = = = = =
Billet du jour posté à 17h10

Meurtre d’un adolescent à la Gare Centrale de Bruxelles.

Meurtre d’un adolescent à la Gare Centrale de Bruxelles.
Voir l’article sur la mort de Joe Van Holsbeeck.

D’après le journal Le Soir du 15 avril 2006.

Nicolas Zdanowicz est professeur de psychopathologie et psychomatique (cliniques de Mont-Godinne, Université Catholique de Louvain-la-Neuve), psychiatre de 43 ans.

Pour le professeur, cette tragédie ne vient pas de nulle part.

Chaque société a les adolescents qu’elle mérite.
Les ados des années 2000 ne sont pas les mêmes que les ados des années 1990 ou 1980.
Plus on se trouve dans une société qui privilégie les droits de l’enfant (mais sans charte concernant les droits des parents), plus on connaît des problèmes d’autorité.

Autrefois, les parents avaient un droit d’autorité.
Un seul regard suffisait à l’enfant pour comprendre les limites de ce qui était autorisé.
Et l’adulte se sentait investi de cette autorité. Une autorité nécessaire à la formation de l’individu, qui savait où ses droits commençaient et finissaient.
Dès lors, l’enfant savait qui il était, ce qui le définissait.
Pouvait alors se mettre en place le dialogue entre l’adulte et l’enfant, la négociation.
Et, à l’adolescence, le jeune apprenait à se prendre en charge, à se faire lui-même autorité.

Aujourd’hui, l’adulte n’a plus rien à dire.
Rien ne fait la différence entre lui et l’enfant dont tous les désirs doivent être reconnus.
Sans limites, l’enfant ne se définit plus en fonction de ce qu’il est, mais en fonction de ce qu’il a.
L’avoir l’emporte sur l’être – un comportement qui vaut d’ailleurs aussi pour l’adulte.

L’appartenance à un groupe se fait plus par des objets que par des activités de contestations liées à leur âge (faire du rap, manifester…).
On rejoint un groupe avec des objets conformes à celui-ci : les baskets, les fringues, le gsm…
Et là, « ce que j’ai » devient « ce que je dis ».

Ce n’est pas la vie qui ne compte plus.
C’est le désir qui a pris toute la place.
L’adolescent se dit : « Pourquoi, toi, as-tu le droit d’avoir un MP3 que je n’ai pas ? C’est injuste ».
L’individu, la vie, sont devenus pour lui moins important que son désir.

Les adultes ne peuvent se plaindre de cela.
Ce sont eux qui ont rédigé la charte des droits de l’enfant.
Les jeunes ne font que ce qu’on leur a dit.
A force d’avoir adopté une conception trop égalitaire, on glisse vers des conséquences indirectes aussi dramatiques.
Deux lois, contradictoires, s’opposent : celle qui dit qu’il est interdit de tuer et celle qui affirme qu’il est interdit d’interdire le désir.
Il faudra un jour choisir : c’est l’une ou l’autre.

 

= = = = = = = = = = = = = = = = =
Billet du jour posté à 21h43

Une pensée pour Joe. Faits et réflexions.

Une pensée pour Joe Van Holsbeek, pour ses Parents et sa famille, pour ses amis et en particulier pour l'ami présent ce jour-là.

Voir les autres billets pour lire ce qui s'est passé mercredi passé à la Gare Centrale de Bruxelles.
J'ai aussi recopié des opinions qui sont les miennes mais mieux exprimées que je ne pourrais le faire.

vvvvvvvvvvvv

Autre lien
un poème chez Jean-Pierre de http://enthousiasme.skynetblogs.be/

vvvvvvvvvvvv

Ajouté le 21 avril 2006
Pour les condoléances, à ma connaissance, un seul blog, celui d’une cousine de Joe :
http://pourjoe01.skyblog.com/index.html

= = = = = = = = = = = = = = = = =
Billets groupés.

21:43 Écrit par Fr@ncine dans Bruxelles Ville et Région | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : divers |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.