30/03/2006

Mépris des enseignants

D’après le journal Le Soir de ce jeudi 30 mars 2006

L.O., vice-première ministre (parti socialiste), ose affirmer :
>>>
Quand j’avais en charge l’enseignement en Communauté française, ….
je comprenais les manifestants

<<<

Faux !
On peut accepter ou refuser des restrictions budgétaires.
Mais, L.O., c’est par des paroles et des actes qu’elle a exprimé son mépris des enseignants.
Evidemment, elle s’adressait à des parents, des électeurs plus nombreux que les enseignants.
Et on s’étonne qu’il y ait de plus en plus de parents qui agressent verbalement et physiquement des enseignants.
Elle a montré la voie, mais cela, elle refuse de l’admettre.
Et malheureusement pour moi, elle atterrit dans la Cité des Ânes.

Pourquoi je n’écris pas son nom ?
Pendant des années, j’écris bien des années, j’éteignais la radio dès que j’entendais sa voix et je zappais lorsqu’elle apparaissait à la télévision. Ce n’est que très récemment (avant l’annonce de son atterrissage) que je ne le fais plus systématiquement. Mais je n’ai pas oublié son mépris.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Cela me rappelle ce que m’a raconté un enseignant.
Le fils d’un responsable politique (d’un autre parti) a exprimé nuitamment (la nuit !) ses opinions relatives au corps professoral sur les murs extérieurs du bâtiment scolaire. Le père a dit :
- Vous comprenez, mon épouse et moi sommes très occupés
La déresponsabilisation parentale se manifeste dans tous les milieux, favorisés ou défavorisés !
S’occuper de sa charge politique est plus important que de s’occuper de l’éducation de ses enfants.

Les commentaires sont fermés.