27/05/2005

Arthur Haulot parti Sa voix résonne encore

Arthur Haulot

http://www.lesoir.be/...
Dans Le Soir en ligne du 24 mai à 22h17.

Poète, militant humaniste acharné et ancien déporté, Arthur Haulot avait été hospitalisé le 9 mai, au lendemain des célébrations à Bruxelles du soixantième anniversaire de l'Armistice, auxquelles il avait participé.

Durant toute sa vie, Arthur Haulot a toujours été un militant très actif dans le cadre de nombreuses luttes pour les libertés, contre l'injustice et tout particulièrement contre l'extrême droite.

http://www.dhnet.be/...
http://www.wallonie-en-ligne.net/1995...

Arthur Haulot, le poète

J’ai mis

J’ai mis dans ma gibecière
mes collines, mes châteaux,
mes églises, mes rivières,
mes prairies, mes chevaux.
Je me suis noué au cou
un foulard de pleine lune
dans ma poche ai mis un bout
de pain et deux ou trois prunes.
J’ai chaussé mes gros souliers
pris mon chapeau de tempête
et je me suis en allé
esprit clair et coeur en fête.
J’irai jusqu’au bout du monde
et je rentrerai chez moi
si la terre est vraiment ronde
le bout est derrière toi
.

Arthur Haulot

trouvé sur le site de l’Académie de Nancy-Metz (France)
http://www.ac-nancy-metz.fr/
un atelier des petits poètes
« écrire à la manière de »
http://www.ac-nancy-metz.fr/petitspoetes/...

Arthur Haulot et le devoir de mémoire

http://www.territoires-memoire.be/...
Septembre 1996.

Il nous a expliqué les sens de son engagement dans le comité de parrainage des "Territoires de la Mémoire".

- Oui, cela a toujours un sens d'entretenir aujourd'hui la mémoire d'il y a cinquante ans. Contrairement à beaucoup de rescapés des camps, qui ont préféré faire le silence sur leur indicible expérience, j'ai toujours pensé qu'il faut que les gens sachent, aujourd'hui, de quel prix ont été payés la démocratie, la sécurité et le bien-être dont ils jouissent aujourd'hui. J'ai toujours craint, aussi, que la bête immonde ne renaisse de ses cendres.

Il est, à mon sens, essentiel de perpétuer le savoir, d'informer les jeunes, non seulement pour rendre un hommage légitime à ceux qui ont fait tous les sacrifices pour restaurer les valeurs essentielles, mais aussi pour faire prendre conscience qu'ils ne sont pas nécessairement à l'abri de ce qui est arrivé à leurs parents et à leurs grands-parents. Il suffirait, passez-moi l'expression, de laisser faire les mêmes conneries pour que cela recommence de la même façon.

Car il n'est pas illusoire de penser que les acquis actuels peuvent être remis en cause.

Moi, je ne veux pas que mes enfants et mes petits-enfants payent le même prix que nous. Pour cela, il faut rester vigilant, il faut agir. C'est ce que j'appelle le "devoir de vivre".

Les commentaires sont fermés.