22/04/2004

Victor Hugo en Belgique

Illustration et extraits de http://www.victorhugo2002.culture.fr/ (à découvrir)

Du 16 août au 23 septembre 1837, Victor Hugo effectue pour la première fois un voyage en Belgique avec Juliette Drouet, dans ce petit pays qui n'a conquis son indépendance que sept ans auparavant, et avec lequel il va entamer une histoire d'amour de trente-quatre ans.

Après avoir admiré Mons, il se rend à Bruxelles et s'extasie devant le spectacle de la Grand'Place ou les vitraux de la collégiale Sainte-Gudule.

Les événements de 1851 (le coup d'État du Deux-Décembre) poussent Hugo à choisir l'exil. Il se réfugie à Bruxelles le 12 décembre et s'installe pour sept mois sur la Grand'Place. Décidé à publier son pamphlet Napoléon le petit, il se résout à quitter la Belgique le 1er août 1852 pour s'établir dans l'île de Jersey. Peu après, il y écrit le fameux poème de L'Expiation : Waterloo, Waterloo, Waterloo, morne plaine sans avoir jamais vu le champ de bataille. Depuis 1837, il refusait de s'y rendre, estimant que le lion était une insulte à la France.

La capitale belge sera le théâtre d'événements heureux ou malheureux : mariage de son fils Charles, naissance et décès de son premier petit-fils, naissance de Georges et Jeanne, les deux autres petits-enfants, pour lesquels il écrira le recueil L'Art d'être grand-père. C'est dans la maison de la place des Barricades qu'Adèle Foucher s'éteint, le 27 août 1868. Jusqu'à la frontière, Victor Hugo est aux côtés du cercueil. Mais il est toujours en exil, il ne peut aller jusqu'à Villequier, où Adèle va rejoindre Léopoldine.

Les commentaires sont fermés.