29/02/2004

Bruxelles en Scène en février 2004

Bruxelles en Scène (1)
Voici l’entrée de l’exposition de
Bruxelles en Scène
qui présente la ville.
Voir le site officiel
http://www.bruxelles-enscene.be/...

Jen la enirpordo de la ekspozicio
kiu prezentas la urbon.

D’abord le Théâtre du Vaudeville
qui vient d’être rénové.

Unue la teatro
ĵus renovigita.

Nous descendons.
Qu’est-ce qui nous attend ?

Ni malsupreniras.
Kio atendas nin ?

Cette salle est un vestige
d’un marché aux fleurs.
Voici une copie de la girouette
de l’Hôtel de Ville de Bruxelles.

Ĉi tiu ejo estas postrestaĵo
de vendejo pri floroj.
Jen kopio de la ventomontrilo
de la urbdomo de Bruselo

Je lis :
La légende de Saint-Michel.
Réplique de la girouette en laiton doré
de Saint Michel terrassant le dragon,
installée en 1454 au sommet de la flèche de l’Hôtel de Ville.
L’Archange dont le culte était célébré en Italie,
fut choisi par les autorités religieuses
pour assurer la protection spirituelle
de la capitale et de ses habitants.
Saint Michel et le dragon furent par la suite repris
dans les armoiries de Bruxelles.

Les explications sont en français, néerlandais,
anglais, allemand, et portugais.
Il paraît que les visiteurs parlant le portugais sont nombreux.

Voici un  haut relief en terre cuite
d’un sculpteur anglais Paul Day.

Jen terkuirita altreliefo de
angla skulptisto Paul Day.

Admirez.

Admiru.

Je lis :
La bouche géante avale la vision de Bruxelles
comme on l’a conçue dans les années vingt.
C’est la porte de l’enfer.

Mi legas :
La giganta buŝo englutas Bruselon.
Jen la pordo de inferno.

Les explications sont sur l’autre mur, en face.


Pause ?

Ĉu paŭso ?

Bruxelles en Scène

Je lis :
Nous sommes envoyés en l’air
suivant la trajectoire d’un boulet de canon.
Nous découvrons la ville de Bruxelles d’en haut.
Les effets de la « bruxellisation » sont bien là
quand on voit la ville du ciel.
Bruxelles n’a pas été détruite par les Allemands,
mais les hommes d’affaires et les politiciens bruxellois
ont fait le travail eux-même.
Berlaymont, la Tour Philips, la Jonction . . .
Comme Hugo nous a fait découvrir Paris vu d’en haut,
je voulais survoler Bruxelles.
Le changement de perspective est révélateur.
Par exemple, les buildings qui cernent la cathédrale
essayent d’imiter les arcs-boutants majestueux de l’original.

Les commentaires sont fermés.